jeudi 31 décembre 2009

Pour finir 2009 en réalité

Un type promène son chien à Marchienne-au-Pont.

A un des balcons, un autochtone en djellaba et babouches est en train de secouer un tapis d'orient..

Le type qui se promène lève la tête, regarde l'autre et lui crie : « Hé kwé m 'fi ? .. I'n démarre nin ? »

Mais qui a volé les vêtements de Moïse ?

Le conflit israélo-Palestinien a motivé, une fois de plus, une réunion d'urgence à l'ONU.

La parole est donnée à l'ambassadeur Israélien :


Mesdames et Messieurs,
Avant de commencer mon discours, je voudrais narrer une vieille histoire.
Lorsque Moïse conduisait les Hébreux hors d'Égypte, il dut traverser des déserts, et des prairies, et encore des déserts...
Son peuple était éreinté et avait besoin d'eau.
Alors Moïse frappa la roche d'une montagne de sa canne, et au bord de cette montagne apparut un bassin rempli d'une eau fraîche claire comme le cristal.
Le peuple s'en réjouit et tous burent pour leur plus grande satisfaction.
Moïse souhaita alors nettoyer son corps; pour ce faire, il alla à l'autre bout du bassin, enleva tous ses vêtements et plongea dans les eaux de la mare.
Quand Moïse sortit de l'eau, il se rendit compte que ses vêtements avaient été volés....
L'ambassadeur Israélien marque alors une pause, puis il reprend :
- Eh bien, j'ai toutes les raisons de croire que ce sont les Palestiniens qui avaient volé ses vêtements !
L'ambassadeur Palestinien manque de s'étouffer en entendant cette accusation. Il saute alors de son siège et crie :
- C'est un mensonge. Tout le monde sait qu'il n'y avait pas de Palestiniens à cette époque !!!
Alors L'ambassadeur d'Israël reprend :
- Puisque nous sommes d'accord sur ce point fondamental, je vais commencer mon discours...



Un envoi de Jean-Marie, lecteur belge, citoyen d'un pays où l'Intifada anti-autochtones est quotidienne

mercredi 23 décembre 2009

Minaret = nouvelle cathédrale?

Pascal Clément : "le jour où il y aura autant de minarets que de cathédrales en France, ça ne sera plus la France".

L'ancien garde des Sceaux, Pascal Clément



source : lefigaro.fr


dimanche 20 décembre 2009

mardi 15 décembre 2009

Terrorisme: enfin un général qui n'a pas volé ses étoiles!

Now We Know Why He Was A General

In a recent interview, General Norman Schwarzkopf was asked if he thought there was room for forgiveness toward the people who have harbored and abetted the terrorists who perpetrated the 9/11 a ttacks on America.

His answer was classic Schwarzkopf.

The General said, "I believe that forgiving them is God's function.

OUR job is to arrange the meeting."

AMEN

Au cours d'une récente entervue, on a demandé au général Normal Schwarzkopf s'il pensait qu'il y avait place pour du pardon envers ceux qui avaient hébergé et formé les terroristes qui avaient commis les attaques du 11 septembre 2001 contre l'Amérique.

Sa réponse fut du Schwarzkopf tout craché

Le général a dit : "Je crois que leur pardonner, c'est le rôle de Dieu.

NOTRE tâche, c'est d'arranger leur rencontre."

AMEN!

mercredi 9 décembre 2009

Londres: manifestation anti-minarets & anti-invasion musulmane 13/12/2009


Angleterre de tous les dangers... Mais tout de même une grande première dans ce pays où dorénavant le drapeau d'Israël est interdit "car il provoque les musulmans à la violence," où "les 3 petits cochons" sont interdits dans les écoles "pour ne pas choquer les petits musulmans," où une employée chrétienne de British Airways est virée pour avoir porté une toute petite croix autour du cou, où une compagnie aérienne retire de ses cartes électroniques la présence d'Israël mais offre un compas tourné vers la mecque à ses passagers, où les hordes musulmanes régulièrement défilent avec des panneaux appelant à nous massacrer au nom de leur religion, etc, voilà qu'un petit début de résistance commence à pointer le bout du nez. Grâce à la Suisse! Ce 13 décembre 2009 aura lieu une manifestation contre l'invasion musulmane de nos pays, contre l'imposition de leurs us et coutumes à nos sociétés, etc.
Très intéressant, ils citent le grand ami de madame Angela Merkel, monsieur Emmanuel Baroso, monsieur Nicolas Sarkozy, monsieur François Bayrou, et toute la clique politicienne auto-élue de nos pays, à savoir le premier ministre Turc, Recep Tayyip Erdogan, qui a lu publiquement un poème musulman qui dit entre autres ceci : "Nos mosquées sont nos casernes, leurs dômes sont nos casques, leurs minarets sont nos baïonnettes." Nous voilà prévenus, si besoin était..



Harrow stop mosque building demo 13th December
Posted by Sitemaster on October 7, 2009
http://sioe.wordpress.com/2009/10/07/harrow-stop-mosque-buiding-demo-13th-december/

The Prime Minister of Turkey Recep Tayyip Erdogan, publicly read an Islamic poem including the lines: “The mosques are our barracks, the domes our helmets, the minarets our bayonets and Muslims our soldiers…”

HAMMER THEIR HELMETS! BLUNT THEIR BAYONETS! (metaphorical reference to no more mosques).

NO MORE MOSQUE BUILDING DEMONSTRATION

Location: Square in front of Harrow Civic Centre, Station Road/Milton Road junction.

Date: 13th December 2009

Time: 14.00 – 16.00 (2pm – 4pm)

APPROVED FOR PROTEST

1. Approved anti-sharia and anti-Islamisation chants, banners and placards will be permitted.

Official chants:-

Hammer their helmets! Blunt their bayonets! (this is a metaphorical reference to no more mosques).

No more mosques!

Stop kuffarphobia!

2. English, Welsh, Scottish, N. Irish, national flags, national flags of other countries, certain other national flags will be permitted and encouraged.

Some flags already known to be represented are:-

Bulgaria

Denmark

Serbia

Israel

Let us know which flag you’ll be flying!

3. Certain other flags representing communities struggling against Islamic colonisation such as Papua New Guinea and Biafra will be permitted.

4. Certain civil rights flags, banners and placards will be encouraged provided they are displayed within the no-sharia context of the demonstration.

5. ALL MUST BE APPROVED BY THE ORGANISERS BEFORE THE PROTEST

Speakers using hand held megaphones will address the gathering. Names of speakers will be provided to the police prior to the demonstration. Speeches must be approved by the organisers.

WANTED

Speakers to explain Muslim persecution in Islamic countries.

Copts in Egypt

Hindus in Bangladesh

Hindus in Malayasia

Christians in Indonesia

Christians in Pakistan

Papuans in Indonesia

Jews everywhere

BANNED FROM PROTEST

1. As with previous SIOE demonstrations, political parties are banned.

2. Any racist chanting, banners and placards will result in immediate ejection of the perpetrators from the demo as will nazi salutes.

3. Totalitarian symbols such as nazi swastikas, communist hammer and sickles, Islamic star and crescent, UNLESS CLEARLY CROSSED OUT OR DEFACED WITH A STOP SIGN.

Banners, placards and speeches will be shown to the police prior to the protest starting if requested.

Map

The pointer is actually the library. The square is at the junction of Milton Road, Station Road opposite Rosslyn Crescent



mardi 8 décembre 2009

Suisse: rejet des musulmans? Non, rejet de l'islam, système politique invasif, anti-démocratique et intolérant!


"Dagobert," lecteur français, nous signale cette intéressante entrevue :


Ayaan Hirsi Ali sur le vote suisse - 7 décembre 2009
http://verite-valeurs-democratie.over-blog.com/article-interview-de-ayaan-hirsi-ali-sur-le-vote-suisse-40751910.html

Le vote suisse met en lumière le débat sur l’islam en tant qu’ensemble d’idées politiques et collectivistes et non pas le rejet des musulmans


Washington - Le récent référendum suisse interdisant la construction de minarets a déclenché des controverses dans le monde entier.

Il y a deux manières d’interpréter ce vote. D’abord, comme un rejet de l’islam politique et non comme un rejet des musulmans. En ce sens, c’était un vote pour la tolérance et l’intégration, dont l’islam ne veut pas.

Ensuite, le vote a révélé le fossé qui sépare la manière dont le peuple suisse et son élite jugent l’islam politique.



Dans la bataille des idées, les symboles sont importants.


Que se passerait-il si on demandait aux Suisses d’interdire par référendum la construction d’une croix carrée avec branches pliées à angle droit, symbole de la croyance d’une petite minorité ? Ou bien, imaginons un référendum sur la construction de tours surmontées d’une faucille et d’un marteau, autre symbole cher au cœur d’une très petite minorité des Suisses.


Les idées politiques ont des symboles : la svastika, la faucille et le marteau, le minaret, le croissant et l’étoile (en général en haut d’un minaret) sont autant de symboles d’une théorie politique collectiviste affirmant la suprématie d’un groupe sur tous les autres.


Sur les sujets qui font débat, les Suisses écoutent, lisent des journaux, et d’une manière générale ils s’informent pour prendre leur décision en vue du vote.

Ce dont s’aperçoivent les Européens quand ils s’informent sur l’islam c’est qu’il s’agit de bien plus qu’une religion.

L’islam ne se borne pas à proposer un cadre spirituel pour affronter des questions humaines comme celles de la naissance, de la mort et de ce qui nous attend après ce monde ; il ordonne un mode de vie.


L’islam est une idée sur la manière dont la société doit être organisée : il définit les relations de l’individu avec l’état, les relations entre hommes et femmes, les règles d’interaction entre croyants et non-croyants, la manière de mettre en œuvre ces règles, et dit pourquoi un gouvernement régi par l’islam est meilleur qu’un gouvernement fondé sur d’autres idées. Ces idées politiques de l’islam ont leurs symboles : le minaret, le croissant, le foulard, et l’épée.


Le minaret est un symbole de la suprématie de l’islam, une marque de domination qui en est venue à symboliser la conquête islamique.Il a fait son apparition plusieurs dizaines d’années après la fondation de l’islam.


En Europe, comme en d’autres endroits du monde où des musulmans s’installent, les lieux de culte sont d’abord simples. Tout ce dont un musulman a besoin pour remplir son obligation de prière, c’est d’une boussole pour indiquer la direction de la Mecque, d’eau pour les ablutions, d’un tapis de prière propre, et d’un moyen de savoir l’heure de manière à pouvoir faire sa prière cinq fois par jour au moment prévu.


La construction de grandes mosquées munies de tours extrêmement hautes coûtant des millions de dollars n’est envisagée que lorsque la démographie musulmane devient notable.


La mosquée passe alors du stade de lieu de prière à celui de centre politique.


Les imams peuvent alors prêcher un message d’union entre musulmans et de rejet sans nuances des mœurs des non-musulmans.


Les hommes et les femmes sont séparés ; les homosexuels, les apostats et les juifs sont ouvertement condamnés ; et les croyants s’organisent autour d’objectifs politiques qui appellent à l’introduction de formes de charia (droit islamique), en commençant par le droit familial.


C’est le mouvement que l’on a observé en Europe ainsi que dans d’autres pays où les musulmans se sont fixés. Aucun des universitaires, diplomates et politiciens occidentaux qui condamnent la votation suisse interdisant les minarets n’évoque ces faits, sans même parler de les contester.

Dans leur réponse à la présence de l’islam parmi eux, les Européens ont élaboré, semble-t-il, deux regards opposés. Le premier met l’accent sur l’exactitude. Est-il exact de considérer que des symboles politiques comme ceux des communistes et des nazis sont les équivalents d’un symbole religieux comme le minaret et ses accessoires, le croissant et l’étoile, ou que les uniformes du troisième Reich sont équivalents à la burqa et à la barbe des actuels islamistes ?


Si la comparaison est valable, alors l’islam, en tant que mouvement politique, doit être rejeté en raison de son propre sectarisme. Dans ce cas, les musulmans ne doivent pas être rejetés en tant que résidents ou citoyens. Ce à quoi on s’oppose, ce sont les pratiques qui sont justifiées au nom de l’islam, comme les crimes d’honneur, le djihad, la perspective « eux contre nous », le communautarisme. En bref, le suprémacisme islamiste.


L’autre regard refuse d’assimiler les symboles politiques de divers mouvements fascistes blancs aux symboles d’une religion. Dans cette école de pensée, les écritures islamiques sont comparées aux écritures chrétiennes et juives. Ceux qui raisonnent de cette manière prêchent le pragmatisme. Selon eux, la clé de l’assimilation des musulmans est le dialogue. Ils sont prêts à céder à certaines des exigences des minorités musulmanes dans l’espoir qu’un jour leur attachement aux textes radicaux s’estompera comme celui des peuples chrétiens et juif.


Ces deux perspectives opposées correspondent en Europe à deux groupes très distincts. Les premiers sont pour l’essentiel la classe ouvrière. Les seconds sont les classes que George Orwell considérait comme « indéterminées ».
D’allure cosmopolite, on y trouve les diplomates, les hommes d’affaire, les politiciens classiques et les journalistes. Ils sont familiers de la mondialisation et s’intéressent surtout à l’image internationale de leurs pays respectifs. Lors de chaque conflit entre l’islam et l’Occident, ils voient surtout les réactions possibles des pays musulmans et la manière dont elles affecteront l’image de leur pays.


…la classe ouvrière, qui votait à gauche depuis des générations se retrouve à voter pour des partis de droite parce qu’elle a le sentiment que les partis sociaux-démocrates ont perdu contact avec la réalité.
A l’opposé, ceux qui rejettent les idées et pratiques de l’islam politique sont au contact des musulmans au niveau local. On leur a demandé d’accepter les immigrés musulmans comme voisins, condisciples, collègues de travail ; ce sont ce que les Américains appelleraient « l’homme de la rue ». Et c’est là le grand paradoxe de l’Europe d’aujourd’hui : la classe ouvrière, qui votait à gauche depuis des générations se retrouve à voter pour des partis de droite parce qu’elle a le sentiment que les partis sociaux-démocrates ont perdu contact avec la réalité.


Les pragmatiques, dont la plupart sont des gens de pouvoir, ont partiellement raison quand ils disent que l’intégration des musulmans prendra très longtemps. Leurs appels au dialogue sont raisonnables. Mais tant qu’ils ne poussent pas les musulmans à faire un choix entre les valeurs des pays où ils sont arrivés et celles des pays qu’ils ont quittés, ils se trouveront confrontés à de nouvelles surprises. Et c’est ce que le vote suisse nous montre. C’est une confrontation entre les électeurs locaux, les travailleurs (et certaines féministes de la classe moyenne) et les immigrés musulmans qui estiment avoir le droit non seulement de pratiquer leur religion mais aussi de remplacer l’ordre politique local par le leur.


Examinons attentivement les réactions des élites de Suisse, de l’Union européenne et des Nations-Unies. Le gouvernement suisse est gêné par le résultat de la votation. Les Suédois, qui président actuellement les réunions de l’UE, ont condamné le vote suisse comme intolérant et xénophobe. Il est remarquable que le ministre suédois des affaires étrangères, Carl Bildt, ait pu déclarer en public que le vote suisse est une mauvaise action diplomatique. Ce qu’il oublie, c’est qu’il s’agissait d’une discussion de l’islam en tant que problème interne. Le vote n’a rien à voir avec la politique étrangère.


Le vote suisse met en lumière le débat sur l’islam en tant que problème intérieur en Europe. Autrement dit, l’islam en tant qu’ensemble d’idées politiques et collectivistes. Les Européens de souche se sont vus demander encore et encore par leurs dirigeants d’être tolérants et d’accepter les musulmans. Ils l’ont fait. Et cela se mesure a) aux sommes investies par le contribuable dans les dépenses de santé, de logement, d’éducation et d’aide sociale des musulmans, et b) aux centaines de milliers de musulmans qui frappent à la porte de l’Europe pour pouvoir y entrer. Si ces gens qui pleurent que l’Europe est intolérante avaient raison, s’il y avait effectivement de la xénophobie et un rejet des musulmans, on aurait observé le contraire. Il y aurait eu un exode des musulmans hors d’Europe.


En fait, la confrontation internationale entre l’islam et l’Occident est plus large. Les guerres d’Irak et d’Afghanistan en font partie, sans parler du conflit qui continue entre Israéliens et Palestiniens et des ambitions nucléaires de l’Iran.

Cette confrontation ne doit jamais être confondue avec le problème local que pose l’absorption de ces musulmans à qui on a permis de devenir résidents permanents et citoyens des sociétés européennes.


Ayaan Hirsi Ali, auteur de «Ma vie rebelle », est née en Somalie. Elle est ancienne parlementaire hollandaise, et défenseur des droits des femmes. Son prochain livre s’intitule « Nomad ».

Source : Christian Science Monitor Traduction Bivouac-ID en collaboration avec Poste de veille





article original en anglais :

Swiss ban on minarets was a vote for tolerance and inclusion

The Swiss vote highlights the debate on Islam as a set of political and collectivist ideas, not a rejection of Muslims.


http://www.csmonitor.com/2009/1205/p09s01-coop.html

The recent Swiss referendum that bans construction of minarets has caused controversy across the world. There are two ways to interpret the vote. First, as a rejection of political Islam, not a rejection of Muslims. In this sense it was a vote for tolerance and inclusion, which political Islam rejects. Second, the vote was a revelation of the big gap between how the Swiss people and the Swiss elite judge political Islam.

In the battle of ideas, symbols are important.

What if the Swiss voters were asked in a referendum to ban the building of an equilateral cross with its arms bent at right angles as a symbol of the belief of a small minority? Or imagine a referendum on building towers topped with a hammer and sickle – another symbol dear to the hearts of a very small minority in Switzerland.

Political ideas have symbols: A swastika, a hammer and sickle, a minaret, a crescent with a star in the middle (usually on top of a minaret) all represent a collectivist political theory of supremacy by one group over all others.

On controversial issues, the Swiss listen to debate, read newspapers, and otherwise investigate when they make up their minds for a vote.

What Europeans are finding out about Islam as they investigate is that it is more than just a religion. Islam offers not only a spiritual framework for dealing with such human questions as birth, death, and what ought to come after this world; it prescribes a way of life.

Islam is an idea about how society should be organized: the individual's relationship to the state; that the relationship between men and women; rules for the interaction between believers and unbelievers; how to enforce such rules; and why a government under Islam is better than a government founded on other ideas. These political ideas of Islam have their symbols: the minaret, the crescent; the head scarf, and the sword.

The minaret is a symbol of Islamist supremacy, a token of domination that came to symbolize Islamic conquest. It was introduced decades after the founding of Islam.

In Europe, as in other places in the world where Muslims settle, the places of worship are simple at first. All that a Muslim needs to fulfill the obligation of prayer is a compass to indicate the direction of Mecca, water for ablution, a clean prayer mat, and a way of telling the time so as to pray five times a day in the allocated period.

The construction of large mosques with extremely tall towers that cost millions of dollars to erect are considered only after the demography of Muslims becomes significant.

The mosque evolves from a prayer house to a political center.

Imams can then preach a message of self-segregation and a bold rejection of the ways of the non-Muslims.

Men and women are separated; gays, apostates and Jews are openly condemned; and believers organize around political goals that call for the introduction of forms of sharia (Islamic) law, starting with family law.

This is the trend we have seen in Europe, and also in other countries where Muslims have settled. None of those Western academics, diplomats, and politicians who condemn the Swiss vote to ban the minaret address, let alone dispute, these facts.

In their response to the presence of Islam in their midst, Europeans have developed what one can discern as roughly two competing views. The first view emphasizes accuracy. Is it accurate to equate political symbols like those used by Communists and Nazis with a religious symbol like the minaret and its accessories of crescent and star; the uniforms of the Third Reich with the burqa and beards of current Islamists?

If it is accurate, then Islam, as a political movement, should be rejected on the basis of its own bigotry. In this view, Muslims should not be rejected as residents or citizens. The objection is to practices that are justified in the name of Islam, like honor killings, jihad, the we-versus-they perspective, the self-segregation. In short, Islamist supremacy.

The second view refuses to equate political symbols of various forms of white fascism with the symbols of a religion. In this school of thought, Islamic Scripture is compared to Christian and Jewish Scripture. Those who reason from this perspective preach pragmatism. According to them, the key to the assimilation of Muslims is dialogue. They are prepared to appease some of the demands that Muslim minorities make in the hope that one day their attachment to radical Scripture will wear off like that of Christian and Jewish peoples.

These two contrasting perspectives correspond to two quite distinct groups in Europe. The first are mainly the working class. The second are the classes that George Orwell described as "indeterminate." Cosmopolitan in outlook, they include diplomats, businesspeople, mainstream politicians, and journalists. They are well versed in globalization and tend to focus on the international image of their respective countries. With every conflict between Islam and the West, they emphasize the possible backlash from Muslim countries and how that will affect the image of their country.

By contrast, those who reject the ideas and practices of political Islam are in touch with Muslims on a local level. They have been asked to accept Muslim immigrants as neighbors, classmates, colleagues – they are what Americans would refer to as Main Street. Here is the great paradox of today's Europe: that the working class, who voted for generations for the left, now find themselves voting for right-wing parties because they feel that the social democratic parties are out of touch.

The pragmatists, most of whom are power holders, are partially right when they insist that the integration of Muslims will take a very long time. Their calls for dialogue are sensible. But as long as they do not engage Muslims to make a choice between the values of the countries that they have come to and those of the countries they left, they will find themselves faced with more surprises. And this is what the Swiss vote shows us. This is a confrontation between local, working-class voters (and some middle-class feminists) and Muslim immigrant newcomers who feel that they are entitled, not only to practice their religion, but also to replace the local political order with that of their own.

Look carefully at the reactions of the Swiss, EU and UN elites. The Swiss government is embarrassed by the outcome of the vote. The Swedes, who are currently chairing EU meetings, have condemned the Swiss vote as intolerant and xenophobic. It is remarkable that the Swedish foreign minister, Carl Bildt, said in public that the Swiss vote is a poor act of diplomacy. What he overlooks is that this is a discussion of Islam as a domestic issue. It has nothing to do with foreign policy.

The Swiss vote highlights the debate on Islam as a domestic issue in Europe. That is, Islam as a set of political and collectivist ideas. Native Europeans have been asked over and over again by their leaders to be tolerant and accepting of Muslims. They have done that. And that can be measured a) by the amount of taxpayer money that is invested in healthcare, housing, education, and welfare for Muslims and b) the hundreds of thousands of Muslims who are knocking on the doors of Europe to be admitted. If those people who cry that Europe is intolerant are right, if there was, indeed, xenophobia and a rejection of Muslims, then we would have observed the reverse. There would have been an exodus of Muslims out of Europe.

There is indeed a wider international confrontation between Islam and the West. The Iraq and Afghan wars are part of that, not to mention the ongoing struggle between Israelis and Palestinians and the nuclear ambitions of Iran. That confrontation should never be confused with the local problem of absorbing those Muslims who have been permitted to become permanent residents and citizens into European societies.

Ayaan Hirsi Ali, author of "Infidel," is the Somali-born women's rights advocate and former Dutch parliamentarian. Her forthcoming book is entitled "Nomad."

© 2009 Global Viewpoint Network / Tribune Media Services. Hosted online by The Christian Science Monitor.



***********************************




En marge de la question de la votation suisse contre l'imposition de l'islam au peuple suisse, Nicodème, lecteur Français, nous signale aussi cette compilation d'informations sur l'esclavagisme islamique et ses sources coraniques. Ce qui explique encore mieux la nécessité de rejeter catégoriquement cette religion dans nos pays démocratiques, car elle est tout simplement non-assimilable à la démocratie et aux droits de l'Homme - compris comme "humain", à savoir homme ET femme.

http://verite-valeurs-democratie.over-blog.com/article-le-retour-de-l-esclavage-40769680.html

vendredi 4 décembre 2009

Dhimmi & saint-nicolas: n'oubliez pas vos enfants!

Soyez de bons pédagogues, bien politiquement corrects : si vous voulez que vos enfants soient bien intégrés dans leur pays (*), veillez à ce que pour la Saint-Nicolas, ils reçoivent des jouets adaptés aux lois qui seront votées en Belgique & France occupées dans moins de 5 ans... Sinon vous verrez les nouvelles autorités religieuses vous bastonner en place publique pour avoir laissé de mauvais jouets à vos enfants... Saint Nicolas était de Cappadoce, oui, mais avant l'arrivée des tribus turkmènes qui ont ravagé le pays et en ont chassé les habitants et ont ramené sa mentalité et ses moeurs à l'époque de l'âge de fer. Donc vous ne pourrez donc pas vous prévaloir de l'origine géographique du saint préféré de nos enfants comme prétexte aux jouets non-conformes que vous leur aurez laissé dans vos maisons.

(*) phrase à répéter sans rire 20 fois, comme un mantra: ça vous aidera aux toilettes


La direction ne reculant devant aucun sacrifice, voici quelques exemples que nous proposons à notre lectorat, afin de permettre à ce dernier d'accomplir son devoir religieux aussi dans le domaine du lavage de cerveau des bambins, oups, dans le domaine des loisirs des enfants.











Comme le dit fort à propos ce blog espagnol, "avec ces gens-là, on n'arrête pas le progrès... vers les ténèbres de l'ignorance"

lundi 30 novembre 2009

Suisse / Islam: la résistance populaire emporte la partie contre l'intelligentsia minoritaire


Splendide, on ne saurait dire mieux! Les descendants de Guillaume Tell s'en sont montrés de dignes héritiers, ils ont mis dans le mille! Comme les Serbes il y a quelques siècles, qui se sont sacrifiés devant Vienne en Autriche pour que le restant de l'Europe ne tombe pas sous le joug de l'islam et puisse vivre libre, les Suisses ont pris le risque du sacrifice, politique cette fois, aussi important de nos jours que celui de sa vie... quand l'honneur avait encore une valeur.

Qu'est-ce qu'on rêve que nos populations, assomées par les télévisions débitant jour et nuit un discours lénifiant et droidlomiste les appelant à détruire leur propre civilisation, se réveillent ENFIN, et OSENT dire tout haut ce que dans le fond de leur tête, ils osent encore penser tout bas.. tant qu'il est encore autorisé de penser différemment de ce qu'inculquent les medias...




NON!

NEIN!


NO!


STOP!



Votations fédérales: l'initiative anti-minarets acceptée à 57,5%

http://www.romandie.com/infos

Les musulmans de Suisse ne pourront plus construire de minarets. A 57,5% des voix, le peuple a clairement approuvé l'initiative populaire de la droite dure ancrant dans la constitution l'interdiction de ces tours. Seuls quatre cantons, dont trois des six romands, ont dit "non".

L'initiative populaire du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), qui réclamait l'arrêt de des exportations de matériel de guerre, a elle été rejetée par 68,2% des votants. Aucun canton ne l'a acceptée. Finalement, le peuple a accepté par 65% des voix la création d'un financement spécial en faveur de tâches dans le domaine du trafic aérien.

Avec un taux d'approbation dépassant les 70%, Appenzell Rhodes-intérieures (71,5%) se pose en champions du "oui"contre les minarets, talonné par Glaris (68,8%) et le Tessin (68,1). Onze autres cantons alémaniques ont accepté le texte à plus de 60%. A Berne, 60,7% de bulletins favorables ont été décomptés.

Les Valaisans (58%) et les Fribourgeois (55,9%) figurent aussi dans le camp des anti-minarets. Les Zurichois (51,8%) et les Jurassiens (51,2%) ferment la marche. Le "non" le plus fort est venu de Genève, avec 59,7% d'avis négatifs.

La Suisse continuera par ailleurs d'exporter du matériel de guerre. Plus de 1,797 millions de citoyens ont finalement considéré que les derniers tours de vis décidés par le Conseil fédéral permettraient d'éviter les abus et ont glissé un "oui" dans l'urne. Plus de 837'000 votants ont au contraire suivi la gauche et soutenu l'interdiction prônée par l'initiative.

Le "non" l'a emporté partout. L'initiative a enregistré son meilleur résultat à Genève, qui ne l'a repoussée que du bout des lèvres (51,8%). Suivent Bâle-Ville (53,1%) et Vaud (59,5%). En moyenne, les cantons romands ont davantage soutenu le texte du GSsA que le reste du pays. Le Jura le rejette par 61,1%, Neuchâtel par 62,8%

Finalement, les recettes tirées de l'impôt sur le kérosène serviront à l'avenir à financer l'aviation et non plus la route. Le peuple a accepté de modifier la constitution par 65% des voix. Aucun canton ne s'est opposé à la nouvelle affectation de 40 millions par année.

(ats / 29 novembre 2009 16:17)



Excellente question aussi que se pose un lecteur face à un article qui dit tout le mal que les "bien pensants" pensent de ce peuple "indocile" face au "progrès"

http://www.mediaslibres.com/tribune/post/2009/03/06/
Le mardi 10 mars 2009, 18:29 par luxide

la question générale est la suivante : pourquoi des politiques de premier rang, néérlandais, français, anglais, belges, suédois, allemands, suisses, espagnols, canadiens, norvégiens, américains trahissent clairement toutes les valeurs de l'occident, tous les combats menés pour la liberté et les femmes, pour favoriser un obscurantisme criminel dont ils voient la catastrophe absolue et les méfaits dans tous les pays sans exception où cette religion étend son joug fasciste et moyen ageux? sont ils secretement convertis à ce fascisme? sont ils soudoyés? sont ils sous le coup de chantage?

Le mardi 24 mars 2009, 23:32 par oliviuchka

réponse à Luxide

Oui, lire "EURABIA" de Bat Ye Or, disponible FNAC, alapage.com, amazon.com
Les pétrodollars servent aussi à faire du lobbying actif auprès de nos eurodéputés...

En tout cas bravo à la Suisse, les Occidentaux attachés aux Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789, à la liberté de conscience et d'expression vous envient et vous soutiennent.

Puissiez-vous être les phares pour nos dirigeants aveugles... ! :-)


Le débat a fait rage, et il soulève exactement les mêmes questions que chez nous. Sauf que nous, il nous est interdit (streng verboten!) de seulement y songer, sinon on est raciste, xénophobe, extrémiste, fâââchiste, extrême-droite, catholique traditionaliste (souvent considéré comme pléonasme du précédent qualificatif), intolérant, rétrograde, obscurantiste (ils n'ont jamais lu le coran, ceux qui nous taxent de ça!), etc etc

4) Naïveté des Églises et de la Commission fédérale contre le racisme
http://blogdesamialdeeb.blog.tdg.ch/archive/2009/10/08/oui-a-l-initiative-sur-les-minarets.html

La position des Églises et de la Commission fédérale contre le racisme en faveur de la construction de minarets en Suisse n'est pas sans rappeler que ces autorités "morales" ont pris position aussi en faveur de l'abattage rituel et en faveur de cimetières religieux séparés. Ce faisant, ces autorités font preuve d'une naïveté magistrale. Rappelons aussi que la Commission fédérale contre le racisme critique, à juste titre, toute discrimination dont sont victimes les musulmans, mais jamais elle n'a pris position contre les discriminations générées par les normes musulmanes ou les musulmans. Ce faisant, cette Commission, au lieu de combattre la xénophobie et le racisme, ne fait que les encourager.

Pour les raisons susmentionnées, je voterai pour l'initiative contre les minarets et j'invite tous les Suisses à faire de même, dans l'intérêt de la paix confessionnelle en Suisse…. et dans l'intérêt des musulmans.


Sami Aldeeb

www.sami-aldeeb.com




En attendant, les médias officiels sont furieux que leur lavage de cerveau n'ai pas fonctionné cette fois-ci....

Suisse/minarets: la presse helvétique déplore un vote "inspiré par la peur"

http://www.lematin.ch/flash-info/monde/suisseminarets

Les Suisses ont créé une "immense surprise" en votant dimanche à une majorité écrasante de 57,5% l'interdiction des minarets à l'appel de la droite populiste, qui dénonce un "symbole politico-religieux".

AFP - le 30 novembre 2009, 09h09

"Coup de massue", "consternation et désespoir": le refus des minarets "sonne la Suisse" et la presse du pays s'inquiète lundi d"un "vote lourd de "conséquences", au lendemain de l'interdiction de la construction des minarets votée par 57,5% des votants, "inspirés par la peur".

"Les Suisses ont voté avec leurs tripes (...) inspiré(s) par la peur, les fantasmes et l?ignorance", déplore le quotidien genevois Le Temps qui s'inquiète d'un "dégât d'image spectaculaire pour la Suisse" dans le monde.

"Exportations, tourisme, industrie du luxe, finance, les secteurs qui craignent d?avoir perdu de leur aura si précieuse ne sont pas les moindres de nos pourvoyeurs de richesses", relève le quotidien 24 Heures (Lausanne) pour lequel, si "la Suisse a un problème d'image, l'islam aussi".

Pour La Liberté (Fribourg), les "craintes liées à l'islamisation du pays et à un brassage de populations qui va trop vite", ont pesé lourd dans le scrutin.

Le Journal du Jura" déplore un "autogoal de la peur" en dénonçant l'amalgame entretenu par la campage de la droite populiste entre la population musulmane de Suisse et le "fondamentalisme religieux agitant le monde".

"Vengeance, boycott, rétorsion... Cet affront à l?islam pourrait coûter cher. Certains, polytraumatisés de la crise, ont glissé dans l?urne un vote de protestation et de méfiance plus que de haine et de défiance. Il en est ressorti une bombe", s'alarme La Tribune de Genève.

"Au moment où tant d'autres défis sont à relever, de la crise économique au conflit avec la Libye en passant par la disparition du secret bancaire, espérons que (le) prix ne sera pas exorbitant", commente La Liberté.

Le quotidien zurichois Tagesanzeiger relève quant à lui que ce vote a profondément divisé le pays, entre une partie "moderne et internationaliste" et une autre plus "traditionnelle et nationaliste". Le vote "va renforcer l'isolement international de la Suisse même auprès des pays occidentaux", prédit le journal.

"Les suites immédiates de la votation sont limitées. Les minarets existants ne sont pas menacés (et) de nouveaux n'étaient pas attendus en masse", tempère la Neue Zürcher Zeitung (NZZ) qui déplore cependant que "le climat (se soit) nettement refroidi pour les musulmans".


On se demande bien pourquoi ils ne peuvent pas démolir les minarets existants, qui polluent visuellement et auditivement le paisible et beau paysage suisse. Car en Séoudie, pays qui fut autrefois chrétien, ils ne se privent pas pour démolir tout ce qu'ils retrouvent de traces chrétiennes dans leur sol. Ou ce qui subsiste encore à l'air libre. Si eux veulent pouvoir construire ici, nos chrétiens doivent pouvoir construire là-bas, et ils doivent pouvoir y pratiquer de la même manière que leurs ouailles prétendent le faire chez nous. C'est ça ou à la porte, leur religion obscurantiste, qui ne fait que rêver ouvertement de déclencher ici et contre nous sa guerre de conquête planétaire!

dimanche 29 novembre 2009

Philippe Moureaux (B) musulman?


Alexandre, lecteur de Bruxelles, nous envoie cet extrait de l'hebdo Père Ubu. Le landerneau politique bruxellois comporte en effet un célèbre "ponte" du parti socialiste francophone belge qui affiche une islamophilie inquiétante. Surtout quand on sait qu'il est bourgmestre (maire) d'une commune à majorité islamique, et qu'il fait tout pour les favoriser. Allant jusqu'à saquer dans ses policiers qui ne s'y plieraient pas ou voudraient simplement se défendre.


mercredi 25 novembre 2009

Afghanistan: pourquoi nos soldats se font tuer là-bas, et les Afghans viennent vivre ici? (général Salvan)

Réaction du Général Salvan à l'affaire des clandestins de Calais
Nous vous livrons ci-dessous la Nous vous livrons ci-dessous la réaction du Général Salvan à l’affaire des clandestins de Calais. C’est le texte qu’il a envoyé au journal Le Monde pour le courrier des lecteurs.

——–

lundi 28 septembre 2009

’étais révolté en regardant les informations le 27 septembre. A Calais et diverses villes de France, de jeunes Afghans, en pleine forme, venus chercher fortune en Europe, sont contrôlés par la police et remis en liberté par la justice française.

Tous les jours, de jeunes militaires américains, britanniques, français etc. se font tuer pour défendre en Afghanistan les droits de l’homme et de la femme. Pendant ce temps, des Français dont la générosité dépasse le bon sens, entretiennent ces jeunes Afghans qui ont refusé de participer au combat que nous menons. Cela porte un nom : ils sont insoumis ou déserteurs.

Si notre gouvernement croit sérieusement à l’engagement occidental en Afghanistan, pourquoi ne pas avoir embarqué ces jeunes gens dans des avions pour Kaboul, et les avoir confiés aux centres de formation des polices et des armées afghanes ? Si au nom des droits de l’homme, de jeunes Afghans doivent rester paisiblement en Europe pendant que nos soldats se font tuer à leur place, il vaudrait mieux rapatrier nos troupes, et vite.

Général (2e section) J.G.Salvan

Président d'honneur de la fédération CNI du Tarn

mercredi 18 novembre 2009

UE: peine de mort pour les victimes de la crise!

mais pas pour les pédophiles, les violeurs, les assassins en tous genre. Par contre les émeutiers oui - les droits de l'homme ne sont pas applicables aux réfractaires du nouvel ordre mondial. Entre-temps, nous avons vu que l'achat du vote irlandais a bien fonctionné. De toute manière, le peuple était résigné puisque les bureaucrates européens leur avaient bien fait comprendre que l'on ne demandait l'avis que par principe, tout serait de toute façon appliqué.

Le : 11 Septembre 2009

Projets diaboliques de l'UE: le retour de la peine de mort

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

L’Union européenne a décidé de réintroduire la peine de mort pour les insurgés. Vous ne le croyez pas? Les médias ne vous l’ont pas appris? Alors asseyez-vous et attachez vos ceintures.

Tous les Etats membres de l’Union européenne ont aboli la peine de mort. Lors d’émeutes, c’est la prison qui est la pire sanction qui attend les insurgés. Or le Traité de Lisbonne admet de nouveau la peine de mort pour les insurgés au sein de l’Union européenne. A la suite de la crise économique, elle s’attend à de graves troubles dans beaucoup d’Etats membres. C’est pourquoi elle tient à ce que le Traité de Lisbonne entre en vigueur le plus rapidement possible.

En juin 2008, les Irlandais l’ont refusé et bloqué ainsi son entrée en vigueur. Il vise à étendre considérablement le pouvoir des 27 commissaires de l’Union européenne, à mettre en place un président puissant, à réduire à l’état de vestiges les lois nationales des Etats membres et à rendre possible la peine de mort dans certains cas. L’entrée en vigueur du Traité permet explicitement de «réprimer [si nécessaire], conformément à la loi, une émeute ou une insurrection». La peine de mort pourra être prononcée dans l’UE pour sanctionner «des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre». Cela a été précisé en petits caractères dans le Bulletin officiel de l’Union européenne du 14 décembre 2007 et dans les commentaires à propos de la Charte des droits fondamentaux qui aurait force de loi si le Traité entrait en vigueur. Il semble que personne n’ait lu ce passage car l’article 2 («droit à la vie») de la nouvelle Charte des droits fondamentaux dispose que «nul ne peut être condamné à la peine de mort ni exécuté.» Cela paraît incontestable, mais dans un passage en petits caractères on trouve les exceptions:

«La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendu absolument nécessaire:
a) pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale;
b) pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue;
c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.»

C’est ainsi que l’abolition de la peine de mort est relativisée et invalidée. Selon l’alinéa c), il sera donc possible dans l’UE, malgré l’interdiction officielle de la peine de mort, d’y recourir pour «réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection». Le saviez-vous? Le Bundestag allemand a voté en avril 2008, à une majorité de deux tiers, avec les voix de la CDU, du SPD, du FDP et des Verts, pour l’abandon de la souveraineté en faveur de l’UE, le Traité de Lisbonne et la réintroduction de la peine de mort pour des insurgés qui y est inscrite. La chancelière Angela Merkel a salué le Traité comme étant un «grand projet».

Avec l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, le gouvernement de l’UE devient un gouvernement central puissant, comme celui de l’ex-Union soviétique. Les différentes républiques perdront beaucoup de leur importance et devront renoncer à leurs intérêts individuels pour le bien de l’Empire. Les Irlandais qui, contrairement aux Allemands, avaient été consultés par référendum sur le Traité et l’abandon de leur souveraineté qu’il impliquait l’avaient rejeté en juin 2008 également à cause du retour de la peine de mort. A l’automne 2009, il y aura en Irlande une seconde tentative. Pour que tout marche comme prévu, les 27 commissaires européens se sont mis d’accord en secret, le 18 mars, à Bruxelles, sur le fait de modifier plusieurs lois irlandaises avant le référendum. Ainsi l’UE a mené en Irlande, en dépit de l’interdiction de la propagande politique dans les médias étatiques, une campagne politique en faveur du oui au Traité de Lisbonne, campagne financée avec l’argent des contribuables européens.

Afin que les Irlandais votent «correctement» lors du second référendum, cet automne, les 27 pays de l’UE se sont mis d’accord, le 18 mars à Bruxelles, pour aller à la pêche aux voix. Par exemple, les évêques qui prêchent dans les églises en faveur du Traité de Lisbonne, et donc de l’abandon de la souveraineté irlandaise, recevront de l’argent provenant des caisses de l’UE. En tête de la campagne figure la direction du Parlement européen. Elle a même annoncé publiquement qu’elle voulait que le «non» irlandais soit corrigé le plus vite possible, même au moyen de pressions directes exercées sur les évêques irlandais. De nombreux commissaires de l’UE ont estimé que c’était probablement un peu trop audacieux et ils se sont mis d’accord pour acheter des votes en secret.

Extrait de:
Udo Ulfkotte, «Vorsicht Bürgerkrieg!
Was lange gärt, wird endlich Wut.»
pp. 361-363. Kopp Verlag, 2009

(Traduction Horizons et débats)

http://www.polemia.com/article.php?id=2356

Philippe, lecteur de la banlieue de Bruxelles, rajoute ceci :

Lisez d'urgence Vladimir Boukovsky "L'Union européenne, une nouvelle URSS?" (éditions du rocher)

Lisez ensuite le résumé et les commentaires sur le livre de Boukovsky :

1. http://www.lanef.net/t_Livre/lunion-europeenne-une-nouvelle-urss-vladimir-boukovsky-9782268055466.asp
2. http://www.francisrichard.over-blog.com/article-35276175.html


Poursuivez en prenant connaissance du résumé oral (COURT et magistral) de Boukovsky en personne :
http://www.youtube.com/watch?v=45XJ3dEU7iA

Enfin, terminez par une réflexion conclusive ou prophétique, à vous de voir :

http://www.c-e-r-f.org/Approche.htm

jeudi 12 novembre 2009

Faillite du système de pensions - Belgique & France

Enfin, non, officiellement pas en France: c'est comme pour le nuage de Tchernobyl, dormez en paix braves gens, tout va bien, le nuage contourne le pays, et le problème des pensions de retraite aussi. Par contre, c'est aussi comme en Belgique : face à la diminution de la population autochtone en âge de travailler, les politiciens - et surtout leurs mentors du monde économique - veulent procéder à une substitution de population. "Importer des bras" comme on disait juste après guerre, quand il fallait reconstruire sur les ruines du gâchis des conflits fratricides internes à l'Occident. Le problème est "qu'importer des bras" de Pologne ou d'Italie, ça fait effectivement des bras de travailleurs, et culturellement parlant, avec leurs particularités certes, mais cela reste dans le même monde ethnique, religieux, culturel, etc. Tandis que les "bras" qu'ils veulent actuellement importer, soyons clairs, pour avoir des esclaves, des gens prêts à travailler largement sous les minima décents pour vivre ici, ces "bras", une majorité vient surtout pour .. profiter de ce système de protection sociale qui justement est occupé à s'effondrer.
Votez, buvez, mangez, regardez bien la télé', et dormez en paix. Au prochain réveil peut-être, le camp des saints aura été envahi. Vous n'aurez qu'à vous soumettre aux nouveaux maîtres. Qui détruiront tout parce qu'ils n'ont jamais construit grand chose, et ne savent donc pas comment s'y prendre. Lamentable. Quitte à devoir disparaître puisque plus grand monde parmi ceux qui en profitent n'est prêt à la défendre et à la promouvoir, vu tout ce qu'elle a comme accomplissements flamboyants à son actif, notre bonne vieille civilisation occidentale mériterait pourtant mieux comme "sortie des artistes." En attendant, tout ce qui "branche" nos concitoyens a trait au confort personnel, plus rien n'est du niveau du projet fédérateur. Comment pourrait-il en être autrement dans ce cas? Il faut se réveiller massivement, au niveau des peuples d'Europe, ou disparaître. Les nouveaux maîtres sont déjà dans la place, le cheval de Troie (ville de l'actuelle Turquie..) est déjà installé, nos propres politiciens & grands patrons l'ont fait rentrer. Il faut se réveiller.


---------------------------------------------------------------------------------

Les pensions incertaines d'ici vingt ans

10/09/2009 10:00

http://www.levif.be/actualite/belgique/72-56-39232/les-pensions-incertaines-d-ici-vingt-ans.html

« Ok, pour les quinze, vingt ans à venir, on n'aura pas de problème pour payer les pensions. Mais après... ». La ministre MR Sabine Laruelle tire la sonnette d'alarme : l'avenir des pensions en Belgique est incertain. Dans les colonnes des journaux du groupe Vers l'Avenir, elle envisage une nouvelle solution : la piste « belgo-suédoise ».


Belga

En Belgique, le système actuel repose sur trois piliers. Premièrement, la pension légale, celle que tout travailleur recevra une fois qu'il quittera le marché du travail après des années de bons et loyaux services.

Deuxièmement, l' « assurance groupe », un système (non-obligatoire) utilisé par exemple dans certaines entreprises, qui cotisent pour leurs employés.

Troisièmement : l'épargne-pension. On estime qu'environ 2,5 millions de belges mettraient de l'argent de côté en prévision de leurs vieux jours.

Capitaliser les pensions

Sabine Laruelle propose d'étudier une quatrième possibilité, qui serait complémentaire des trois piliers actuels : un système de capitalisation des pensions, déjà mis en place en Suède. En clair, le travailleur verrait une partie de son salaire retenue afin de financer lui-même sa retraite.

Selon la ministre, tant que le nombre de personnes actives sur le marché du travail est supérieur au nombre de pensionnés, le fonctionnement actuel ne pose pas de problème. Mais d'ici une vingtaine d'année, ce rapport pourrait s'inverser à cause du vieillissement de la population. D'où la nécessité d'envisager de nouvelles pistes.

Pas de défiscalisation de l'épargne-pension !

Sabine Laruelle rejette par contre catégoriquement une autre solution envisagée : la défiscalisation de l'épargne-pension. Une formule qui, selon certains, permettrait de gagner environ 10 millions d'euros. « C'est non ! », a lancé la ministre ce jeudi sur les ondes de Bel RTL. « Toucher à la fiscalisation de l'épargne-pension, ce serait toucher à ceux qui travaillent et je m'y oppose ! ».

La ministre, qui partage avec Michel Daerden (PS) les compétences en matière de pension, présentera son projet « belgo-suédois » à la conférence nationale pensions qui livrera son premier rapport intermédiaire la semaine prochaine et qui devrait clôturer ses travaux à l'horizon 2010.

LeVif.be, avec Belga

samedi 7 novembre 2009

Révisionisme pro-Turquie à Marseille - et nouvelle grande mosquée en prime!

Pendant que les politiciens locaux continuent de livrer la population aux griffes mahométanes...

http://www.marseille.fr/sitevdm/jsp/site/Portal.jsp?document_id=5342&portlet_id=8

Feu vert pour la Grande Mosquée

Après huit ans de course d'obstacles, la mairie vient de délivrer un permis pour la construction de la Grande Mosquée de Marseille. L'ouverture de ce lieu cultuel et culturel est prévue fin 2011.

­En remettant officiellement le 6 novembre à Nourredine Cheikh, président de l'association "La Mosquée de Marseille", le permis de construire pour édifier, sur le site des anciens abattoirs de la Madrague Ville, un grand lieu de culte musulman, Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, a rappelé qu'il avait "ouvert le dossier en 2001". Après de nombreuses difficultés et obstacles surmontés, "cette remise du permis de construire est pour nous le dernier acte que nous ayons à faire, comme un passage de flambeau, confie le maire de Marseille. Il appartient à présent à l'association de poursuivre la route". Malgré les oppositions systématiques qui se sont mises en travers de l'avancement du dossier (une cinquantaine de personnes, de la Ligue du sud de Jacques Bompard ou du MNR de Bruno Mégret, étaient encore présentes ce 6 novembre devant la mairie pour manifester leur opposition), le maire de Marseille a réaffirmé une volonté extrêmement ferme d'aller au bout de ce projet de mosquée. "C'est un geste de rattrapage, insiste Jean-Claude Gaudin. Paris, Lyon, Lille, Montpellier ont depuis longtemps leur mosquée. Il y a près de 200 000 musulmans à Marseille dont la moitié sont des Marseillais. Ils ont tout simplement le droit d'avoir un lieu de culte comme l'ont les autres religions."

Au-delà des musulmans marseillais, dont il espère "qu'ils s'approprieront le projet", le maire de Marseille a voulu aussi rendre hommage "à tous les musulmans qui étaient présents pour libérer Marseille et à ceux qui ont donné leur vie pour que cette ville soit libre". "A leurs enfants, je dis merci, affirme Jean-Claude Gaudin. Depuis 2 600 ans, cette ville est une ville ouverte, qui accueille l'Etranger avec un E majuscule. Il n'est pas normal qu'elle ne possède pas de Grande Mosquée". Rappelant que le projet a été mené dès le début "dans le respect absolu des lois de la République, et notamment celle de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat", Jean-Claude Gaudin a souligné que "55% des Marseillais étaient favorables à cette construction". Nourredine Cheikh lui a répondu avec émotion. Constatant que "le processus a désormais atteint un point de non-retour", il avoue que la tâche est encore grande et difficile. "Nous voulons construire un monument qui puisse être la fierté de tous les Marseillais", a-t-il indiqué. Une convention a été signée avec la Caisse des Dépôts pour y consigner les souscriptions, notamment de certains pays musulmans. La conduite d'opération pour mener à bien le chantier a été confiée à Marseille Aménagement. "Je donne rendez-vous à tout le monde en avril 2010 pour la pose de la première pierre."

Conçue par le cabinet d'architectes BAM (Bureau Architecture Méditerranée), la Grande Mosquée de Marseille sera un lieu cultuel et culturel. A côté de la salle des prières (3 000 m2 pouvant accueillir jusqu'à 7 000 fidèles), seront construits une école coranique, un restaurant, une librairie, une bibliothèque et un centre culturel arabo-musulman. "Notre projet est conçu comme un quartier que l'on traverse, explique Maxime Repaux du cabinet BAM. On peut venir boire un thé, acheter un livre ou tout simplement flaner." Le budget global est estimé à 22 M€ . L'association a d'ores et déjà lancé un appel aux souscriptions (www.lamosqueedemarseille.org) en précisant que les 2/3 des sommes sont déductibles des impôts aux termes du droit français. L'ouverture au public est prévue pour la fin 2011.

=============================================

Ces mêmes autorités pratiquent le lavage de cerveau des futurs dhimmis, les "ptits Français" qui demain devront se coucher en rue pour saluer le passage des nouveaux maîtres.. Turcs

=============================================

http://diaspora-grecque.com/modules/altern8news/article.php?storyid=1851
le 7/11/2009 10:02:24
"Marseille a été fondée par des marins venus de l'Asie mineure, c'est à dire par des Turcs." (!)

"Marseille a été fondée par des marins venus

de l'Asie mineure, c'est à dire par des Turcs." (!)


Récente découverte sur le site officiel de la ville de Marseille :

thème: "Le mystère de la fille de Phocée".
Cliquez : http://www.marseille.fr/sitevdm/jsp/site/Portal.jsp


"Le mystère de la fille de Phocée". Cliquez


Depuis quelque temps, en France, nous avons remarqué que les Turcs font la propagande de leur pays afin d’intégrer l’Union Européenne.
Pour montrer qu’ils sont européens, ils utilisent tous les moyens. Ils ont commencé par Marseille qui a été fondée par les Grecs venus de Phocée en Asie Mineure. Marseille a eu un rôle prépondérant quant au développement de la civilisation européenne.


La Diaspora grecque, malgré tous ses efforts, est lasse de se battre seule face à ces situations.

Elle lance un appel solennel aux Ambassades grecque et chypriote, aux Consulats grec et chypriote, à la fédération hellénique de France, aux communautés et associations grecques et philhellènes afin qu’ils interviennent auprès des autorités. Il ne suffit pas de savoir danser le « sirtaki » pour avoir l’âme grecque! Tout cela n’est pas dû au hasard ; il s’agit d’une vraie PROPAGANDE !

Voici ci-dessous un texte d’Anastasia POLITI :

Entre Marseille, Paris et Nicosie, le mensonge turc triomphe
Récente découverte sur le site officiel de la ville de Marseille :

http://www.marseille.fr/sitevdm/jsp/site/Portal.jsp
onglet, "Le mystère de la fille de Phocée".

En page d'accueil, la vidéo d'une visite de la ville, par une guide professionnelle, qui dit :

"Marseille a été fondée par des marins venus de l'Asie mineure, c'est à dire par des Turcs." (!)

Elle s'adresse à des enfants à qui elle montre la carte de la Méditerranée. Hélas, elle ne sait pas, que les Turcs sont arrivés dans ce coin du monde des siècles après que les Hellènes (autrement dit, les Grecs) qui y résidaient depuis la plus haute antiquité, ont fondée, d'abord la ville de Phocée, ensuite la ville de Marseille ("Massalia" en grec ).
Comment interpréter la chose ?

- Par le niveau d'études de la guide touristique qui ne dépasse pas celui de l'école primaire ?
(Car en 6e, les élèves apprennent bien que Marseille a été fondée par les Grecs anciens).
- Par une surcharge de travail des responsables du site de la ville à qui a échappé cette information erronée ?
- Ou par une volonté politique de faire passer la Turquie pour la Grèce ?
Et aussi pour Chypre ?

Je m'explique :

Un initiative très contestée a lieu actuellement à la Maison d'Europe et d'Orient, à Paris 12e, qui accueille, le 13 novembre 2009 à 20h30,
3 passage du Hennel, une troupe de la "République turque de Chypre du Nord" (!)
- faisant passer ainsi, pour la première fois en France - des territoires occupés par la Turquie, militairement et de façon complètement illégale, comme un état légitime, liant, sous son titre, les noms de Chypre et de la Turquie.

Or, la "République turque de Chypre du Nord" n'existe pas; il s'agit d'un pseudo- état, reconnu par un seul pays, la Turquie.
En France, il est illégal de présenter comme un "pays" la partie de l'île de Chypre occupée par l'armée turque, malgré et contre toutes les résolutions de l'Onu, depuis 1974.
L'ironie est que, c'est à l'occasion de la célébration de la chute du mur de Berlin que cet événement a lieu, tandis que la seule capitale européenne encore divisée en deux par un mur, est Nicosie, capitale de la République de Chypre, par ailleurs, état membre de l'Union Européenne (depuis 2004).

Aurait-on tord à penser que l'Héxagone - et l'Europe - deviennent injustes pour les Grecs et les Chypriotes ?

Je ne sais pas si les institutions françaises qui soutiennent la Maison d'Europe et d'Orient, comme la Mairie de Paris, la Mairie du 12e, le Conseil régiional d'Ile- de- France, le Ministère de la culture, la Drac, l'Arcadi, le Centre national du livre, sont au courant de la situation.

J'imagine que le ministère de la culture turque, qui soutient également cette manifestation, est au courant et s'en félicite.
Soit.

Or, l'artiste naïve, férue d'humanisme, citoyenne du monde que je suis, engagée, par ailleurs, à ma modeste façon,dans un combat esthétique, éthique et politique contre les injustices; les guerres,les hypocrisies, les violences de toute sorte, les fanatismes...je ne comprends pas.

Je ne comprends pas pourquoi on tire - ou on laisse tirer - à ce point sur l'hellénisme -contemporain ou ancien - comme le faisait de façon étonnante et complètement déplacée un article datant de quelques mois du journal "le Monde", qui a tenté de rendre risible la révolte de la jeunesse grecque de décembre dernier et les problèmes de société que traverse le pays.

Alors, mes ami-e-s, femmes et hommes sincères, authentiques, intelligent-e-s, philosophes, travailleurs,artistes, rêveurs, progressistes, démocrates, révolutionnaires, élèves, étudiant-e-s, enseignant-e-s, parents, élu-e-s, camarades, solitaires, poètes, sauriez-vous m'éclairer ?


helléniquement vôtre
Anastassia Politi http://perso.wanadoo.fr/erinna

lundi 2 novembre 2009

préserver notre identité culturelle

Nous nous devons de préserver notre identité culturelle!!
Félicitations à Joëlle Milquet pour avoir introduit une femme voilée au Parlement, avec, bien sûr, l'approbation de notre cher di Rupo!
Quand je pense qu'ici à Huy, certains hésitaient à placer une statue de Pierre l'Ermite au rond point à la sortie du pont de l'Europe, de
peur de choquer la population musulmane de la ville!!!

Nos pères ont lutté contre la peste brune du nazisme et celle du communisme...c'est maintenant au tour du Choléra Vert (couleur des
islamistes).
Le clientélisme et le populisme n’ont pas de limites … la connerie non plus !

Ils sont devenus fous...
43 mosquées wallonnes ont été reconnues par le ministre wallon des affaires intérieures, Philippe Courard.

Pour une communauté, être reconnu signifie que le traitement des ministres des cultes est pris en charge par le ministère fédéral de
la Justice. Et pendant ce temps là, de plus en plus de familles, d'isolés, de pensionnés n'arrivent plus à se loger, voire à se nourrir décemment. Des autochtones souffrent sans que l'on en tienne compte dans la réalité.
Des Wallons , des Liégeois ! Des gens qui souvent cotisent ou ont cotisé au bien-être général avec leurs petits sous.
Et dont les parents ont trinqué pour que notre pays soit ce qu'il est.

Et je voudrais bien aller demander le financement d'une église ou d'une chapelle à Islamabad !
Mais est-ce qu'on devient fou chez nous ! Je ne fais pas du racisme primaire. J'en appelle au bon sens !
Il a fallu cent ans pour que la qualité de la femme soit reconnue chez nous.
Et pour que la laïcité soit une règle de société, la religion devenant une affaire aussi respectable que privée.
Et on va reculer avec des burkas, des tchadors et consorts, on va financer ces trucs-là qui sont des signes extérieurs de la soumission
des femmes d'aujourd'hui dans un certain monde qui affronte sans vergogne nos notions si durement acquises sans respecter les normes
des pays d'accueil ?

La prison de Lantin va faire une Mosquée à l'intérieur des lieux !
Et payer des tapis de prière !
Les gardiens devront accompagner ces fidèles cinq fois par jour à la prière.

Réveillez-vous, bande d'idiots ! Etes-vous devenus fous ?

Rappelez-vous la Guerre de Troie et ressaisissez-vous, sinon, celle-ci aura bien lieu !
C'est insidieusement et sans avoir l'air d'y toucher qu'on sape nos libertés futures !
D'autant que c'est dans les prisons que l'on recrute les futurs fanatiques et autres futurs terroristes.
La propagation des normes islamiques est notre péril du XXIème siècle !
Je ne suis pas un intolérant ni un raciste ! Mais je ne veux pas être un imbécile non plus !

Même si pour certains, les voix des Turcs et autres sont si importantes aux élections !
Vivons-nous donc dans un pays de fous de Dieu et de la Politique ? et merci qui...encore une fois ?

Faites le passer …




un envoi de Laurence, lectrice dans la "botte du Hainaut" belge

mardi 20 octobre 2009

Défilé de mode Paris-Bruxelles 2015



un lecteur de Bruges (Brugge, Belgique) nous envoie cette "touche d'humour" comme il l'appelle. Mais la capitale de l'Europe, Bruxelles, allant officiellement se retrouver à majorité islamique en 2015, n'est-ce pas plutôt de l'anticipation?

mardi 6 octobre 2009

Europe, Jean Gabin, Michel Audiard, George Simenon : nous avions été prévenus, mais on a laissé faire!

Ce sont d'authentiques visionnaires qui, dès 1961, nous avertissaient de vers quelle fausse Europe unie nous nous dirigions. Les Irlandais ont eu, comme les Danois, le choix entre voter enfin "oui" à ce contre quoi ils étaient majoritairement opposés, sinon on allait de toute manière se passer de leur avis. Cette fausse Europe, où les peuples ne sont là que pour donner l'apparence de démocratie par le biais de votes bidons préparés par les médias subventionnés, cette Europe-là est celle des banques, des multi-nationales, de faux citoyens et vrais apatrides dont la seule patrie est le roi-dollar - ou l'empereur-euro, peu leur importe.
Regardez et diffusez cet extrait d'un des rares films politico-sociaux de France à faire mouche sans tomber dans le poujadisme, ou dans l'intellectualisme marxiste toujours amnésique de toutes les horreurs de cet autre système totalitaire.



Extrait du film "Le President," d'Henri Verneuil (1961)
Des dialogues du Français Michel Audiard
D'après le roman homonyme du Belge George Simenon
Joué par l'immense Jean Gabin, qui reçoit répartie du non moins immense Bernard Blier
source du clip :
http://www.dailymotion.com/video/x970st_europe-gabin-visionnairey_news

A (re)lire aussi, tout aussi prophétique : "Le Camp des saints" de Jean Raspail. A s'offrir si on ne l'a pas déjà, surtout tant que la police politique de la pensée n'est pas encore investie de la mission de venir incarcérer et "rééduquer" celles et ceux qui détiendraient cet ouvrage, voire simplement en auraient entendu parler et ne l'auraient pas publiquement décrié..
Intéressant et symptômatique : comparer la platitude de la description dans le wikipedia francophone avec la riche et fine analyse dans la version anglophone. Nul n'est prophète en son pays..
"le camp des saints / wikipedia"

"the camp of the saints / en.wikipedia"


ils sont si pressés de nous aligner mentalement...


samedi 3 octobre 2009

Mon chien touche enfin le chômage!


Mon chien touche du chômage aujourd'hui.

J'ai réussi à obtenir une indemnité de chômage pour notre caniche.

D'abord le CPAS ne voulait rien savoir, mais après une discussion approfondie, les choses se sont arrangées.
« Mais Monsieur, c'est un chien » disait la préposée.

Sur quoi je lui répliquais : « Il n'a pas choisi d'être un chien et donc vous ne pouvez pas le discriminer sur base de sa race » !

Elle ne s'attendait pas à ça mais hésitait quand-même.

Alors j'ai sorti mon argument extrême :

« Il est noir, bouclé, ne parle pas un mot de Français et n'a jamais travaillé de sa vie. En plus il vole tout ce dont il a envie »

Suite à cela, mon toutou a obtenu non seulement le chômage, mais également une allocation familiale, soins médicaux gratuits et une maison sociale !




un envoi désabusé de notre lecteur Jean-Claude WW., de la côte belge

jeudi 1 octobre 2009

Curriculum Vitae pour les "jeunes" qui font la "une" de nos gazettes

Un envoi de notre lecteur Gérard, dans sa banlieue de France, il ne connaît pas grand chose d'autre, sauf à lire la presse subventionnée..

--------------------------------------------------------------

Nouveau type de C.V. :

Bijour

Ji cherch toujour du boulo, alors j'ti donne mon curi cul homme vite fé, pourque si t'a une plank t'mla refile.

> FORMASSION ET DIPLAUME
Tout-petit a 16 ans : école (maternel allah 6 éme)
Nationalité belge obtenu automatiqument a 18 ans
CHAUMAGE dimandé et obtinu à 18 ans
Carte gratuite et ciné gratos obtenu a 18 ans par la Région
Carte de Chaumeur obtenu a 19 ans allah ORBEM

>
FORMASSION CONTINU ET STAGE
Préparassion du droid au lojement opposable é premiaire anné (DAL)
Staje déquouverte du travail dans l'administratation é Interompu a cause que jé fé une alergie
Demende d'aide allah commune
Demende d'aide allah region
Demende d'aide allah CPAS
Demende d'aide allah moutouelle
Demende d'aide au resto du coeur
Demende d'aide allah bé pierre
Preparatasion de l'allocation vieilless

>
EXPERIANCE PROFESIONNEL
Ji konnais des jens qui travail
Mon pére allah travaillé chet Renault
Je suis un peu dans le bizness

>
LANGUE ETRANGAIRE
Franssais : parlez, lu, etqrit
Arabe : parlé
FLAMAND : bilangue

> ACTIVITES
TV
Dormir
Surveillence de ma soeur
PMU, Mercredi / Samedi : Loto &Euromillions, Rapido 11 :00-12 :00 et 16 :00-17 :00 du mardi au jeudi, uniquement (sa esplique pourkoi je répons pas touzours,fo suive le tirrage !!). Bonto, belote et 421 sur demandé uniquemen
Mosquée
Cherché le pin aussy

>
RECHECHE
Un truc qui me sor de la gallaire, et ké payé pareille que quand je ven du shit (1000 €/jOUR), mais qui me laise beaucou de liberter et qui me prent pas la teuté.
Si ta un bon plan ke, je pren aussy