mardi 30 mars 2010

Bruxelles: délinquants d'office remis en liberté, criminalité en hausse, vive la capitale européenne

Tolérance zéro : tous relâchés !
(08/02/2010)
http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/299413/tolerance-zero-tous-relaches.html


Tolérance 0, résultat 0. Deux fois plus de mineurs d’âge déférés au parquet. Mais tous… libérés

BRUXELLES Pour son premier début de week-end de tolérance zéro appliquée de façon stricte entre autre à Anderlecht, le parquet de Bruxelles a enregistré hier un nombre (de l’ordre de) deux fois plus important de mises à sa disposition de mineurs d’âge que lors d’un samedi hors tolérance zéro.

Mais tolérance zéro et résultat zéro : le parquet les a tous… relâchés. Selon nos infos, seize mineurs d’âge – contre une moyenne “de cinq à dix” – interpellés notamment à Anderlecht pourtant et pour des faits clairement couverts par la tolérance zéro, les seize ont tous été remis en liberté hier à l’issue des 24 heures légales de privation de liberté.

Tous y compris les auteurs présumés d’un sac-jacking violent dans un quartier sinon le premier quartier en région bruxelloise ciblé par le principe de tolérance zéro : le square Albert 1er.

Selon nos informations toujours, la police d’Anderlecht, pour éviter toute ambiguïté, apportait les preuves sur un plateau pour faciliter le travail de la justice : les sac-jackeurs avaient été photographiés en action par les policiers de la zone.

Hier midi pourtant, les quatre étaient “libres, remis à leurs familles” .

L’information est confirmée par la substitute Carine Anthonissen qui précise que si le parquet bruxellois veut applique la tolérance zéro décrété depuis huit jours, la chaîne ne va pas plus loin : selon la magistrate, le total du nombre de places disponibles en IPPJ hier samedi et aujourd’hui dimanche est exactement de… zéro.

Pour la magistrate interrogée ce week-end par la DH , la situation ne s’améliorera pas avant plusieurs semaines. Mme Anthonissen : “Nous sommes informés qu’en février et mars au moins jusqu’au 1er avril, le déménagement vers l’établissement de Saint-Hubert aura pour conséquences de réduire le nombre de places en IPPJ”.

Tolérance zéro ou pas : Pour avoir attaqué une automobiliste vendredi à 15 h, les quatre suspects d’Anderlecht étaient déjà en liberté hier à midi. Ils sont âgés de 14, 16, 16 et 17 ans et les policiers ne les ont pas seulement vus : leurs exploits sont en photos couleurs dans le dossier.

Le parquet souligne d’ailleurs le travail remarquable (mais au final : peu utile) du SER (service d’enquêtes et recherches) de la police de la zone Midi. Pour le même motif, le parquet a dû relaxer l’auteur présumé d’un appel à l’émeute rue des Goujons – autre quartier d’Anderlecht concerné par la tolérance zéro – ainsi que les auteurs présumés d’un autre sac-jacking, mais à Molenbeek, quartier sensible.

Pour la substitute Carine Anthonissen, un “samedi normal, je traite de 5 à 10 dossiers impliquant des mineurs d’âge. J’en suis déjà à 16. Il n’est que 14 h 25”.

Autre effet chiffré de la tolérance zéro, celui-là sur les +18 ans : quatorze adultes déférés au parquet, un chiffre “également en hausse”, soupire la magistrate (elle est seule, NDLR).


Gilbert Dupont

© La Dernière Heure 2010




La capitale va mal : ça suffit !
(02/02/2010)
http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/298550/la-capitale-va-mal-ca-suffit.html

© BAUWERAERTS


Zones de non-droit, agressions, vols avec violence, policiers blessés… Il est temps de trouver des solutions

BRUXELLES Ça suffit ! Stop ! Ras-le-bol ! Tout le monde semble d’accord : la violence règne dans la capitale, et cela ne peut plus durer. Le vase vient encore de déborder ce week-end avec ce violent braquage suite auquel des malfrats n’ont pas hésité à tirer sur un policier bruxellois le blessant de trois balles aux jambes. Hors de danger heureusement, l’inspecteur était toujours hospitalisé ce lundi. Les gangsters étaient notamment armés de kalachnikov.

La semaine dernière, le directeur de l’institut supérieur ISIB situé à Anderlecht dénonçait le racket dont ont été victimes plusieurs élèves (voir ci-contre).

Quelques jours plus tôt, à Laeken, un voleur blessait un policier tirant dans tous les sens en rue, en pleine journée. Des ripostes totalement injustifiées de jeunes ont suivi à Anderlecht où certains ont notamment mis le feu à des voitures.

Il était temps de réagir. Mais, et c’est hélas la coutume, il faut toujours que des incidents se produisent pour que les initiatives suivent.

Du côté des policiers bruxellois, les syndicats en front commun ont déposé un préavis de grève qui démarrera le 15 février et courra jusqu’au 31 mars. Ils réclament plus que des belles promesses et veulent enfin des gestes forts.

Au parquet de Bruxelles, on dit refuser les zones de non-droit dans la capitale en faisant référence aux quartiers anderlechtois où des incidents ont eu lieu récemment.

Ce lundi, à l’issue d’une réunion avec les différents acteurs compétents, le parquet de Bruxelles a annoncé l’application d’une tolérance zéro sur les quartiers concernés à Anderlecht. “Les moyens actuellement déployés en termes policiers et les moyens du parquet seront adaptés et le cas échéant optimalisés afin de pouvoir appliquer cette politique”, pouvait-on lire dans le communiqué publié après la réunion. Annemie Turtelboom, la ministre à la tête de la police, a également annoncé quelques changements (voir ci-contre).


Nawal Bensalem

© La Dernière Heure 2010

jeudi 25 mars 2010

Russie: traiter un délinquant comme un délinquant et pas comme un prince

video

Un envoi éloquant de notre lecteur AD, qui précise qu'on ferait bien d'en prendre de la graine. Il est un fait que nos pandores seraient bien plus respectés si les criminels et délinquants n'avaient pas plus de poids qu'eux auprès des autorités judiciaires. Quel n'est pas l'impact, en effet, dans le mental des délinquants, de toutes ces libérations anticipées, de ces absences de procès, même pour d'innombrables cas de flagrant crime ou délit? L'impunité presque totale dont jouissent les hordes de sauvages allogènes dans nos villes les conduit vers toujours plus de violences et de revendications, soutenus bien entendu par tous nos "bien pensants."
Ca ne dure qu'un temps. On peut avoir touché le fond du panier et remonter. Les Pays-Bas sont là pour nous le rappeler : à un moment donné, le matraquage médiatique, le lavage de cerveau politique, finissent par ne plus fonctionner. Le peuple comprend que sa bienveillance envers ceux que les grands patrons lui demandaient d'accueillir (afin d'avoir une main d'oeuvre bon marché pour les remplacer), elle a été à sens unique. Et le peuple se révolte. Hélas dans ce cas, bien souvent des innocents payent. Jamais les stars médiatiques qui ont poussé à la catastrophe, jamais les grands patrons qui l'ont préparée.. il nous faut un roi, un roi chrétien, et un roi qui règne, et vite!

samedi 20 mars 2010

Victimes bonnes ou mauvaises pour nos bien-pensants - MEURTRE A UCCLE LE 5 MARS 2010

Subject: MEURTRE A UCCLE LE 5 MARS

LE SOIR – Forum

Abonné 4060900

Messieurs,

MEURTRE A UCCLE LE 5 MARS

Imaginez un seul instant que la tragédie de Madame F. LEVEQUE se soit passée au centre de Molenbeek, perpétrée par deux voyous étrangers au quartier, contre une maman voilée.

Il se serait IMMEDIATEMENT rassemblée (spontanément ?) une émeute hurlante et revendicative détruisant et vandalisant tout sur son passage, avec les inévitables pillages.

Le trio « Amnesty International, Droits de l’Homme, Egalité des Chances » aurait IMMEDIATEMENT réagi en clamant leurs postulats (parfois valables) et dépêchant sur place dare-dare l’un ou l’autre porte-parole.

Rien de tel ici, et surtout AUCUNE réaction du trio en question, en particulier de l’ « Egalité des Chances »

Quelle Chance ces crapules ont-elles laissée à leur victime totalement innocente.

Déjà se profilent des éléments de « défense » et déjà doivent saliver les « avocats-caniveaux » façon Magnée, Motte de Raedt et Consorts, spécialisés dans les basses causes indéfendables, mais leur donnant la possibilité de se pavaner devant les caméras.

Ils peaufinent probablement leurs arguments fallacieux défiant la décence et le respect des victimes :

« C’est un accident – Ils ne voulaient pas tuer –Le coup est parti tout seul – Ils s’excusent – Ce ne sont pas des délinquants, ils n’ont été condamnés qu’une fois – Leur entourage témoigne qu’ils sont des anges – Si le Bijoutier n’avait pas eu d’arme ; ils n’auraient pas du la voler et ainsi l’utiliser – Comme le Bijoutier les menaçaient, ils ont été obligés de se défendre – Ils ont été dépassés par une pulsion irréversible, dominés par une force incoërcible (Argument honteux de Magnée au procès du père indigne ayant fracassé la tête de son fils à coup de pierres à Freyr - évidemment non suivi), etc.

Le Code de Naturalisation DOIT être changé pour permettre d’en déchoir cette vermine et les renvoyer dans leur pays d’origine, sans appel et sans délai lors de crimes de cet ignoble niveau.

Je serais le fils d’une Maman aussi lâchement tuée, je n’aurais de cesse d’attendre la libération des meurtriers (car –hélas- ils seront un jour libérés) pour régler leur compte pour de bon, quoiqu’il puisse m’arriver.

Il existe des circonstances où la VENGEANCE est légitime, celle-ci en est une.

Léon RUBIN

Père du Bijoutier

jeudi 18 mars 2010

Simone Veil à l'Académie Française ou la culture de mort aux honneurs de la République

un lecteur parisien nous envoie cet intéressant appel - si vous êtes dans le coin cet après-midi, nous ne pouvons que vous encourager à aller "féliciter" comme il se doit "l'icône" de la République française et ses groupies.. Qu'on soit incroyant ou croyant, catholique ou autre, impossible de considérer que la mise à mort des enfants à naître dès le sein maternel est un progrès pour la société. Ca rappelle surtout les méthodes nazies, l'eugénisme des scientifiques fous préparant pour Hitler une société "parfaite" et on a vu où ça nous a menés.


LAISSEZ LES VIVRE ET SOS TOUT PETITS

ont la très grande douleur de vous inviter à la réception

de Madame Simone VEIL à l'ACADEMIE FRANCAISE,

qui se déroulera le JEUDI 18 MARS 2010

Outre M. GISCARD d'ESTAING, membre de l'Académie,

l'actuel chef de l'Etat, M. SARKOZY

ainsi que son prédécesseur, M. CHIRAC

ont répondu présents à l'invitation de Mme VEIL,

symbole emblématique de la culture de mort

Notons que M. Giscard d'Estaing fut le chef de l'Etat de la loi Veil, que M. Chirac fut le chef de gouvernement de la loi veil et que M. Sarkozy choisit Mme Veil comme présidente de son comité de soutien en février 2007 : la culture de mort est ainsi à nouveau confirmée comme dominante majeure de la V° République.

Rassemblement QUAI DU LOUVRE

(actuellement dénommé quai François Mitterrand)

et non quai de Conti comme initialement prévu

face à LA COUPOLE de 14 à 18 heures

Tenue de grand deuil - Fleurs blanches uniquement

Métro Louvre-Rivoli ou Pont Neuf

Renseignements : 01 48 78 08 80

Notons que de nombreuses associations ont appelé à soutenir notre manifestation de protestation publique : Association Catholique des Infirmières et Médecins, Comité pour Sauver l'Enfant à Naître, Civitas, Chrétienté-Solidarité, Renaissance Catholique et Union des Nations de l'Europe Chrétienne.

Merci à ceux qui ne pourront être présents de soutenir notre action par la prière

http://laissezlesvivre.free.fr/

lundi 15 mars 2010

Cadeau bientôt obligatoire pour les enfants de dhimmis européens

Michel nous envoie ce beau petit cadeau, qui devra faire plaisir à bien des futures voilées dans notre pays

video

mercredi 10 mars 2010

L'Afrique du Sud est en faillite!

Richissime pays au niveau des ressources naturelles, et pourtant...
La Rhodésie est dans la mémoire de toute personne raisonnablement informée et cultivée. Les puissances occidentales, poussées par des imbécilités idéologiques, ont voulu livrer le pouvoir à une tribu noire locale, et ça y a mené à des massacres de Blancs d'abord, mais ensuite des autres tribus noires. Et à la mise à sac du pays. L'Afrique du Sud vit la même descente aux enfers. Mêmes causes, mêmes effets...

South Africa is bankrupt
http://xqrx.com/wp/?p=953
January 29th, 2010

If you believe all the news, we’re completely bankrupt. There’s no money to fix potholes and traffic lights in Johannesburg, with the (2010® FIFA® World® Cup®)®* fast approaching. There’s no money to run and maintain Eskom, our electricity provider. There’s no money for the pebble-bed nuclear reactor in the Cape.

Then there’s the wonderful story of how we spent R50 million (almost $7 million) on the Miss World pageant. I don’t even care know who won.

In other news, Dr Blade Nzimande, Minister of Higher Education and Training, and secretary general of the South African Communist Party, was on the radio this week preaching about socialism, including talk of nationalising mines, the Reserve Bank, private health, and so on.

I’m all for socialism when enough people are paying tax, but we only have 5 million tax payers. There are around 50 million people in the country. Bankrupt again.

Coincidentally, Blade Nzimande was one of the new Zuma crowd of politicians who took advantage of an Apartheid-era parliamentary guideline and bought himself a R1.1m BMW 750i. Nice car for a self-proclaimed communist, wouldn’t you say? Morally bankrupt, I’d call it.



* (Apparently®, FIFA® is® so® full® of® shit®, you® can’t® even® mention® them®, or® refer® to® the® world® cup®, without® permission®. So® I’ve® put® registered® trademark® symbols® everywhere® just® to® make® sure® I’m® not® sued®.)®

vendredi 5 mars 2010

Islam en Belgique: la nouvelle extrême droite? (Eric Bruckmann)

vendredi 22 janvier 2010, par Eric Bruckmann

Le thème du port du voile revient comme un boomerang au gré de l’actualité. Un point commun entre le voile et le boomerang ? Ils se laissent porter par le vent. Puis vous reviennent dans la figure si vous vous laissez distraire.



Le 18 janvier dernier, le MR mettait en débat la question du port du voile dans la sphère publique. Les trois brillants orateurs étaient confrontés à une foule nombreuse constituée d’au moins la moitié de musulmans et musulmanes qui, croyait-on, étaient venus écouter pour poser à leur tour des questions. Erreur. Les personnes insurgées ne comprennent pas qu’on ne veuille pas de signes religieux dans les institutions publiques ou, plus largement, dans la sphère publique. C’est quand-même pas compliqué à comprendre qu’on peut porter un voile ou une croix d’un côté d’un guichet mais pas de l’autre ! Ben si…

L’objet de ce billet n’est pas de rapporter ce qu’il s’y est dit ou le comportement des uns et des autres. J’ai assisté à trois brillants exposés d’une humanité et d’une tolérance indéniable ainsi qu’à une manipulation malsaine : celle d’une sorte d’apprenti imam qui a crié haut et fort que la charia devait être la loi au-dessus de tout, accompagné de sbires disposés dans toute la salle, comme il se faisait du temps des jeunesses hitlériennes pour voir qui était un mauvais ou un bon… aryen…

Feindre et geindre comme devise

A chaque réponse polie (à outrance) face aux accusations de quelques musulmans, les orateurs ont toujours été qualifiés « d’anti-islam », comme Karima (« Insoumise et Dévoilée", éd. Luc Pire), accusée de faire un amalgame entre son histoire et l’islam. Comme si l’un et l’autre n’étaient pas liés. Même lorsque la salle a dû être libérée, des jeunes ont crié qu’on arrêtait le « débat » parce qu’on ne voulait pas que les musulmans s’expriment… toujours faire semblant de ne pas comprendre et ainsi toujours se présenter en martyr que personne n’aime.

L’apprenti imam a été un exemple de manipulation manifeste.

Lors du chaos qui a régné au début de la séance, lorsque une trentaine de filles voilées ont quitté les lieux, il s’est levé pour appeler tous les musulmans au calme : « je m’adresse aux musulmans : chacun d’entre vous aura l’occasion de parler après », dit-il. Les autres, on s’en fout.

Après les orateurs, il prit la parole et s’embarqua dans une démonstration sensée devoir prouver que les filles voilées le sont parce qu’elles le veulent, ce qui ne plut pas à l’animatrice du débat et, lorsqu’elle le remit à sa place dans un souci de discipline, il lança « nous étions d’accord, Madame ! Après eux, nous devions pouvoir nous exprimer ! Et je le redis : la charia est supérieure à toutes les lois et vous ne pouvez pas nous interdire le voile ! ». Voilà. Le débat organisé par le MR, aux yeux des fidèles, l’était donc en collaboration avec lui, l’autorité religieuse et tout empêchement de le laisser mener les opérations est donc désormais une trahison des infidèles envers les musulmans. Ca se gâte. La foi est supérieure à la liberté. Le message est passé, on se croirait il y a 500 ans…

Alors, Nadia Geerts, collaboratrice du site d’observation de l’extrême droite ResistanceS.be prend la parole d’une voix douce et posée et lui explique « Laissez-moi parler. Vous avez votre opinion sur moi et si après, je n’arrive pas à vous faire changer d’avis, vous pourrez rentrer chez vous avec votre opinion, calmement… ». Le gars la coupe et lui lance « nous sommes chez nous ici et jamais nous ne rentrerons nulle part !!! Personne ne nous fera partir !!!». Patatras. Voilà la collaboratrice d’une association luttant contre l’extrême droite qui est raciste, islamophobe et insultante pour les musulmans. Chez lui, pour lui, ce n’est donc pas sa maison. Il est en conquête.

Ce cirque doit arrêter.

Ce qui s’est passé ce soir là est éloquent à plus d’un titre. D’abord parce que le fait simplement de parler de l’islam est insultant pour certains musulmans, ensuite parce que le débat a été détourné pour qu’un apprenti imam montre aux jeunes qu’il est le leader, leur seul défenseur. Un héros.

Entre tolérance et fermeté

Il est vraiment urgent dans ce pays que nos élus prennent conscience que la tolérance de toutes les religions est la base d’un état démocratique mais que la fermeté envers tout groupe d’individus, fut-ce-t-il religieux, qui prône la haine et la discrimination sexuelle, raciale ou religieuse est aussi une évidence. C’est une question de respect pour tous ceux qui sont morts pour défendre la liberté des citoyens, tous ceux qui se sont battus pour que l’Etat et l’Eglise soient séparés.

Bien sûr, l’enjeu n’est pas de réduire la liberté individuelle ou la liberté de culte mais bien de la renforcer : que les filles se voilent en rue, que des personnes montrent leur appartenance à l’islam n’est pas dérangeant. Il s’agit bien sûr de la sphère publique qui doit rester neutre. Un état laïc n’est pas un état contre les religions mais un état qui protège tous les citoyens, quelles que soient leurs convictions.

Il est inacceptable que des croyants de quelles que religions que ça soit soutiennent que les lois de leurs livres soient supérieures aux lois de notre Pays. Toute personne qui encense l’application de la charia n’a rien à faire en Belgique, même s’il est belge ! Pas plus que les nazis n’auront leur place ici.

Alors oui, il y a des nazis catholiques. Ce n’est pas pour ça que tous les cathos sont des nazis. Non, tous les musulmans ne sont pas islamistes, mêmes si tous les islamistes sont musulmans… il serait aussi idiot de dire qu’on ne peut faire preuve de fermeté envers la religion islamique sous prétexte que tous les musulmans ne sont pas extrémistes au même titre qu’il serait stupide de dire qu’il faut être indulgents envers les catholiques parce qu’ils ne sont pas tous racistes.

Non, nos ancêtres ne se sont pas battus pour en arriver à se retrouver 500 ans plus tôt. Je ne veux plus de guerre de religions ici en Europe. Car, si je ne serai jamais prêt à prendre les armes pour des raisons de querelles linguistiques, je le serai toujours pour défendre ma liberté et celle de mes enfants contre un Dieu qui n’existe pas pour moi.

Les musulmans sont toujours les seuls à se plaindre. Personne ne les aime, l’Etat est toujours contre eux, la population aussi. Des gens nés ici et dont les parents sont nés ici disent « respectez notre culture ». Ils ont raison : on doit respecter leur culture et les laisser pratiquer leurs cultes, leurs coutumes. Mais ça s’arrête là. La sphère publique, les écoles, les tribunaux, le parlement ainsi que tout autre service au public qui ne soit privé doit proscrire tout signe religieux ostentatoire en son sein. Quelle insulte à la démocratie, aux droits de l’homme et au respect des citoyens que cette prestation de serment dans l’hémicycle d’une fille voilée. Quelle honte.

Discriminations

Il est assez hallucinant que des communautés qui vivent dans un des pays les plus ouverts ne cessent de revendiquer des droits différenciés au prétexte que des discriminations existent. Il ne faut pas se voiler la face, si j’ose dire, il est plus facile de trouver un job quand on s’appelle Michel ou Frédéric que lorsque l’on s’appelle Saïd ou Mohamed. C’est clair et ce n’est pas normal, non. Mais l’être humain est ainsi fait. Argument qui, pourtant, ne tient curieusement pas la route lorsqu’on s’appelle Hitesh, Mizuko, Chang ou Shlomo. Pourquoi ? Délit de réputation ? Mais laquelle ? Pourquoi jamais un Chinois ne se plaint d’être discriminé ici ? N’y a-t-il pas une responsabilité partagée des communautés d’origines étrangères ?

Parce qu’au fond, en Belgique, c’est l’islam et ses préceptes, l’affirmation selon laquelle les lois religieuses sont au-dessus des libertés des autres qui effraient. Pas la couleur de la peau ou la consonance du prénom. C’est injuste pour les musulmans qui ne sont pas d’accord avec la suprématie de la religion. Mais c’est aussi de leur devoir de lutter contre ce phénomène aux côtés de tous les humanistes de la société. Ce sont les seules véritables victimes. Pas victimes des Belges mais des islamistes. Ceux-là restent discrets et se plaignent peu. Dommage.

Dans le cadre de la gestion des religions, un fléau a été induit par la peur de l’extrême droite : la discrimination positive.

Jamais une communauté dans ce pays ne s’est jamais autant plainte de discriminations. Pourtant, jamais une communauté n’a été si positivement discriminée. Dans les écoles, les administrations, les communes… tout est fait pour que le chantage de la sympathie envers l’extrême droite ne soit jamais brandi. La discrimination positive est et reste une discrimination. C’est une notion idiote, inepte et aux effets pervers qui mènera à une constatation irréversible : la discrimination positive, c’est quand ceux qui sont victimes de discriminations sont plus nombreux que les autres. C'est-à-dire, la majorité de la population qui n’est pas musulmane.

Légiférer rapidement

Il est plus que temps, pour le bien de tous ceux qui veulent pratiquer leur religion comme pour les autres, que nos élus débattent de la question et légifèrent. C’est trop facile et trop malsain de laisser les directeurs d’école décider du port du voile à l’école ou non. C’est hypocrite de se réfugier derrière la liberté de culte pour accepter que la personne fonctionnaire devant moi affiche son appartenance à une religion et me mettre ainsi en face d’une personne pour qui mes droits sont moins importants que sa foi.

Dans un texte précédent (Mahomet, Gaspar et les "têtes de merde"), j’avais déjà appelé à la raison et une réaction juste et proportionnée, non contre l’islam mais bien contre l’avènement de l’autoritarisme sous toutes ses formes au détriment des libertés de tous.

Une passivité de nos autorités conduira un jour à un énorme clash entre nos valeurs humanistes dans une société libérale au sens premier du terme et des valeurs restrictives irrationnelles et empreintes souvent de violence physique pour punir et venger d’autre part. 200 ans d’évolution sociétale pour œuvrer en faveur de la tolérance et la liberté individuelle, contre l’obscurantisme, risquent de voler en éclat et ainsi menacer la paix dans nos pays Européens.

Pour barrer la route à l’extrême droite, il ne faut pas tout permettre mais être au contraire intransigeant en ce qui concerne la représentativité de l’Etat et des lois.

Intégration ?

Les musulmans ne sont pas tous étrangers ou arabes, simplement. L’intégration est une question volontariste à double sens, comme doit l’être la mixité sociale. Ce n’est pas en changeant les principes de neutralité de l’Etat que l’on va aider des personnes à s’intégrer. Forcément, puisque les lois de leur religion leur semblent supérieures aux lois de notre pays… comment s’intégrer dans une société dont on ne veut pas ? Ces personnes sont des cas perdus. Ceux qui ne veulent pas jouir du droit de pratiquer leur religion dans le cadre selon lequel leurs lois religieuses doivent se soumettre aux lois belges ne peuvent être accueillis ici. Ca tombe sous le sens : comme je l’ai déjà écrit (Asile: une croix rouge pour une peur bleue), celui qui est admis sur notre territoire doit être traité comme un invité, pas comme un paria. Mais un invité ne peut se conduire comme un envahisseur. Ca tombe sous le sens aussi. Et la loi suprême, ici, ce n’est pas Dieu qui la dicte mais l’ensemble des Lois de ce Pays qui ont été édictées par les représentants du peuple.

Intégrer celui qui veut imposer les lois de son Pays dans celui qui l’accueille au détriment de la liberté de ceux qui y vivent, ça s’appelle de la collaboration. Ceux qui veulent aider l’islam à s’imposer dans la sphère publique sont des collabos. Rien de plus, rien de moins.

Il ne faut pas rejeter les personnes « suspectes » à cet égard. Mais on pourrait au moins leur faire déclarer par écrit qu’ils respectent les lois du Pays et pratiqueront leur culte dans les limites imposées par les différentes lois. En cas de non respect de cet engagement, la décision d’accueil pourrait être revue, par exemple. Parce que sortir d'une logique discriminative envers les musulmans passe par une acceptation des autres, il faut cesser d'accepter d'être qualifiés et traités comme des mécréants, des putes ou des "chiens infidèles".

Par contre, il serait une erreur d’exiger des étrangers de vivre comme nous. Non. Chacun, dans la sphère privée, doit pouvoir vivre comme il l’entend, pour autant que les lois soient respectées. Il n’est pas obligatoire de manger du porc, en Belgique, il n’est pas obligatoire de manger pendant le ramadan, il n’est pas interdit de prier, même 10 fois par jour, il n’est pas interdit de porter des vêtements exotiques… non, il ne s’agit pas de ça… si les étrangers veulent vivre différemment, il faut respecter le mode de vie qu’ils choisissent. Ainsi, ils comprendront que nous ne pourrons accepter que leur mode de vie nous soit imposé.

La nuance est importante. Il ne faut pas forcer d’autres à vivre selon une norme. Il faut les forcer à ce que ce qui n’est pas la norme pour les uns soit acceptable pour tous.

Ces remarques sont toujours soumises aux lois des Hommes, pas des Livres. En effet, battre sa femme reste un délit. Egorger des bêtes sans les étourdir reste un délit. Le mariage forcé reste un délit. Quoi que disent les livres, les lois des Hommes (avec un grand H) doivent être supérieures. Ainsi, la burqa et le niqab, par exemple, sont déjà interdits. En effet, la loi belge impose que toute personne soit reconnaissable sauf au Carnaval. Question de sécurité. N’est-il pas impoli de faire concurrence toute l’année à la communauté germanophone pour laquelle le Carnaval est si sacré? Je ne veux pas de sacs poubelles bleus mobiles sur les trottoirs de mon pays et expliquer à ma fille « quand tu seras grande, il faudra que tu te caches aussi car tu es une femme, un sous-être incapable de gérer sa sexualité » parce que des hommes auront imposé la loi de leur dieu, petit à petit.

Conclusion

En guise de conclusion, je dirais que la tolérance et la liberté sont des enjeux non négociables. Il n’est pas acceptable qu’une fille voilée serve dans les administrations, aussi compétente soit-elle, ni qu’un policier porte la kipa ou qu’un juge porte une croix par-dessus sa toge. Non. Et il est de la responsabilité des partis du parlement de couper l’herbe sous le pied de l’extrême droite en légiférant au plus vite pour éviter que les chemises noires ne soient remplacées par des foulards noirs. Il est grand temps d’arrêter la propagation d’idées politiques. Je dis bien politiques car les jeunes sont instrumentalisées par certains représentants religieux pour servir des intérêts autres que ceux liés à la foi.

Et maintenant qu’une partie de nos impôts servent à payer le culte islamique aussi, le nombre croissant des fidèles est une nécessité aussi importante que celle de séduire les électeurs au nom de la tolérance, celle qui permet de détruire la liberté des autres. Pour que des syndicats d’élus qui se disent progressistes acceptent au grand jour la soumission de la femme à l’homme au prétexte de la liberté d’expression et ainsi séduire les musulmans de deuxième et troisième génération qui ont aujourd’hui le droit de vote.

Il faut avoir le courage de dire STOP à la suprématie religieuse et avoir le courage de faire face au chantage de l’extrême droite en portant les libertés individuelles au-dessus de tout.

La Liberté de tous est plus importante que la foi de quelques uns.

Epilogue

Discussion avec un ami musulman à propos de tolérance :

- La légende dit que Godfroid de Bouillon, en 1075, s’est baigné dans la Semois et lorsqu’il en sorti, ses vêtements avaient disparu…

- Et alors ?

- J’ai toutes les raisons de penser qu’ils ont été volés par des musulmans

- Quoi ? Mais tu es fou ! Les musulmans n’existaient pas à cette époque !

Puisque nous sommes d’accord sur ce point, nous allons pouvoir discuter.


jeudi 4 mars 2010

Marseilles : non à la grande mosquée & islamisation du pays (manif du 6 mars 2010)

http://www.liguedusud.comUn de nos lecteurs "du sud," Joseph, nous envoie cet appel à manifestation. A faire largement circuler, car même nos évêques s'opposent à la résistance. Il est très tard, mais il est encore temps pour notre population de relever la tête et repousser l'invasion. Car il faut appeler un chat un chat, c'est bien une invasion concertée de nos pays. Non à l'islam en Europe.