mardi 23 décembre 2008

Belgique: terminus du gouvernement & T-shirt Yves Leterme = échec (23/12/2008)

T-shirt "Yves Leterme = échec"
http://www.dhnet.be/infos/belgique
Juste après sa démission, la blague était lancée



BRUXELLES "Leterme = FAIL" "Sorry Yves, mais t’as foiré..." Le message est clair. Fail peut être ici traduit par échec... On le trouve sur un site de vente de T-shirt et autres bibelots customisables.
Dès le soir de l’annonce de la démission d’Yves Leterme, l’idée de créer un T-shirt pour se moquer d’un politique démissionnaire multirécidiviste a germé dans la tête de quelques acharnés d’Internet. L’idée a donné lieu à un projet. Le projet est très vite devenu une réalité puisque depuis dimanche, il est possible d’acheter un T-shirt pour 16 ou 20$ plus les frais de port.
Et si vous n’êtes pas très T-shirt, il y a le mug (la grande tasse) à 12$ , toujours plus frais de port. Vous constaterez, si vous allez sur le site, que Rudy Demotte est lui aussi victime mais parce qu’il a copié l’initiative de Barack Obama, faisant comme lui une interview vidéo hebdomadaire.
Mateusz Kukulka
Pour acheter le T-shirt et/ou la tasse,
http://www.cafepress.com/Walifornia


video
source vidéo ZoomTV, tous droits réservés


restent les hommes & femmes protagonistes du dossier - et leur vie a plus d'importance en effet que toutes les péripéties et le cirque politique...

Les parents d’Yves Leterme inquiets pour sa santé (23/12/2008)
http://www.dhnet.be/infos/belgique/
L’ex-Premier doit continuer à se soigner suite à son hospitalisation
YPRES - Les quelque 35.000 habitants de la ville d’Ypres ne nous contrediront sans doute pas. La renommée touristique de leur patelin, situé en Flandre occidentale, vaut notamment pour son beffroi, la cathédrale Saint-Martin et son passé de cité drapière médiévale. Mais Ypres est aussi la ville d’origine d’Yves Leterme, Premier ministre démissionnaire.
Nos confrères du journal flamand "Het Nieuwsblad" sont partis à la rencontre d’un couple de pensionnés, Georges, 78 ans, et Eliane, 77 ans. Ces derniers ne sont autres que les parents d’Yves Leterme.
Leur témoignage rappelle que celui qui n’a convaincu personne sur un plan strictement politique reste avant tout un homme. Et un homme qui doit se soigner après son hospitalisation en février dernier pour des problèmes intestinaux. Georges Leterme assure ainsi se préoccuper “davantage pour la santé” de son fils que pour son avenir. Réaction bien logique pour des parents.
Malgré les événements de ces derniers jours, les Leterme se disent naturellement convaincus des qualités de leur fils. “Il parle mieux le français que beaucoup de Wallons”, lance Georges dans les colonnes du Nieuwsblad. “Nous parlons encore souvent le français, aussi avec les enfants et les petits-enfants.”
Enfin, Eliane espère pour sa part que “la vérité sera rapidement faite” sur le dossier Fortis. Pour blanchir Yves Leterme?
A. C


'Yves heeft drie diploma's, hij valt niet zonder job'
http://www.nieuwsblad.be/Article/Detail.aspx?ArticleID=G4L24A0RQ
Vader en moeder Leterme meer bezorgd om Yves' gezondheid

Georges en Eliane Leterme: 'Laten we hopen dat 2009 beter wordt voor Yves.'
© Photo News

IEPER - 'Yves stuurde ons vrijdagavond een sms'je toen hij op weg was naar de koning. Fijn dat hij aan ons dacht', vinden Georges Leterme en Eliane Bouchaert. De ouders van Yves Leterme maken zich meer zorgen over de gezondheid van hun zoon dan over zijn toekomst.
'Jullie hebben mooi weer meegebracht', begroet Georges Leterme ons. Door het grote raam hebben de ouders van de meest belaagde Belgische politicus van het moment een mooi uitzicht op het centrum van Ieper, met de kathedraal waar ze elk weekend trouw naar de mis gaan.
Eerst probeerde moeder Eliane Bouchaert (77) nog de boot af te houden. Maar toen we al onze West-Vlaamse charmes in de weegschaal gooiden, duwde ma Leterme toch op het knopje en mochten we met de lift vier hoog.
'Kom binnen, ik begrijp dat jullie ook je brood moeten verdienen', schudt vader Georges Leterme (78) ons de hand.
Hij zit aan de grote tafel in de woonkamer, die tegelijk zijn bureau blijkt. 'We wonen hier nu bijna vijftien jaar. Sinds we onze schilderswinkel in Zillebeke sloten. Ze noemden Yves daar de witten van de schilder ', glundert vader. Het ijs is gebroken.
Voor Georges Leterme ligt Het Nieuwsblad . Met op de front de foto van zijn zoon die Belvédère binnenrijdt. 'Die foto moet genomen zijn kort nadat hij ons vrijdagavond een sms'je had gestuurd om ons gerust te stellen. Fijn dat hij in volle crisis toch even aan ons dacht. Natuurlijk wisten we wat er aan het gebeuren was. We volgen het nieuws op de voet. Hoe zou je zelf zijn? 't Is toch je jongen, niet?' zegt moeder Eliane.
Sindsdien hebben ze Yves niet meer gezien of gehoord, ook al woont hij amper een paar kilometer verderop, in Sint-Jan. 'Normaal springt hij hier elk weekend eens binnen. Voor een korte babbel, maar nooit over de politiek. Hij komt voor ons, niet als politicus.'
Vader knipt het tv-toestel aan. Voor De zevende dag . 'En straks volgt Mise au point op La Une . We volgen die programma's elke zondag. Eens horen wat ze te vertellen hebben', zegt Georges. 'Yves heeft het zwaar te verduren gekregen. Het zat al fout bij de start. Nochtans was hij de ideale premier. Hij spreekt beter Frans dan veel Walen. Dat heeft hij van mij. Ik ben eigenlijk een Waal, geboren in Komen. We spreken nog dikwijls Frans, ook met de kinderen en de kleinkinderen. Maar als al die geleerde heren het niet weten, wat zou ik je kunnen vertellen wat er nu moet gebeuren? 't Is een moeilijk land.'
Georges was niet zo gelukkig toen zijn jongste zoon voor de politiek koos. 'De politieke microbe kreeg hij zeker niet van mij mee. Maar goed: het was zijn keuze en het is zijn leven. Mensen proberen soms via ons iets gedaan te krijgen van Yves. Maar daar beginnen we niet aan. We sturen zo iemand prompt door naar zijn medewerkers. Natuurlijk maken we ons nu zorgen, maar dan meer om zijn gezondheid. Hij valt wel op zijn pootjes. Yves heeft licenties in de rechten en bestuurswetenschappen, en een kandidatuur politieke en sociale wetenschappen. Hij zal dus wel nooit zonder werk vallen', troost vader zich.
'Wat hij ook wel van mij heeft, zeggen ze, is zijn koppigheid en zijn werklust. Ik mag dan naar de tachtig toe gaan, ik sta nog elke ochtend om 6.15 uur op. Als ik de kranten heb gelezen, trek ik naar mijn atelier in een van mijn twee garages. Om wat te klussen', aldus pa Leterme.
'Misschien brengt de kerstsfeer vrede in het Belgische huishouden. En Nieuwjaar vieren we zoals elk jaar. Met Yves, zijn zus en hun partners en kinderen. We gaan er één drinken op wat hopelijk een beter jaar mag worden voor Yves.'
Moeder Leterme hoopt intussen dat de hele toestand rond Fortis snel wordt uitgeklaard. 'We zijn maar eenvoudige mensen en snappen ook niet alles van wat er de jongste weken gebeurde. Maar ik hoop dat het allemaal goed onderzocht wordt en dat de waarheid snel aan het licht komt.'
Martin Tytgat


En attendant, revoilà ce "petit royaume de cocagne" où se trouve la capitale de la Communauté Européenne et le siège de tant d'institutions internationales à nouveau privé de direction politique. Pourtant, on se souviendra que lorsque la présidente (PS) du sénat de la région wallone, Anne-Marie Lizin, avait fait une intervention écrite directe auprès d'un juge pour arranger une décision judiciaire en faveur d'un de ses amis, elle n'avait pour finir pas démissionné. L'appartenance non-cachée aux Loges de ladite politicienne serait-elle l'explication réelle de sa réussite à franchir l'orage malgré des faits avérés?
Pour la Belgique (comme pour tous les pays d'Europe) on se posera la seule bonne question intéressante : à quand (enfin) un retour à une véritable monarchie, seule garante de stabilité à long terme? Combien de temps faudra-t'il encore aux foules pour comprendre que des professionnels de la politique ont comme premier centre d'intérêt leur réélection, à côté du financement de leurs intérêts directs, et jamais l'intérêt supérieur de la nation?


Le roi Albert II accepte la démission du Premier Ministre belge Yves Leterme 22/12/2008
http://www.gotha-fr.com/3.aspx

Le roi Albert II a accepté la démission du gouvernement du Premier ministre Yves Leterme et "l'a chargé de l'expédition des affaires courantes", a annoncé lundi le palais royal dans un communiqué. Le nom de l'ancien Premier ministre Jean-Luc Dehaene, 68 ans, lui aussi chrétien-démocrate, a été cité de manière de plus en plus insistante lundi, mais n'a pas été confirmé par le palais.Le roi consultait depuis samedi les dirigeants politiques belges, pour tenter de sortir de l'impasse provoquée par la démission la veille de tout le gouvernement Leterme, conséquence de "l'affaire Fortis".Vendredi, la Cour de cassation, plus haute juridiction belge, a en effet fait part de ses soupçons selon lesquels le gouvernement a tenté de faire pression sur les juges ayant gelé la semaine précédente une partie de l'accord conclu en octobre pour sauver de la faillite la banque belgo-néerlandaise Fortis.Cette atteinte présumée à la séparation des pouvoirs a porté un coup fatal à la fragile coalition gouvernementale, déjà très divisée sur des questions comme la réforme institutionnelle. Le ministre de la Justice Jo Vandeurzen a d'abord démissionné vendredi. Peu après, Yves Leterme présentait la demission de son cabinet.Yves Leterme a assuré n'avoir rien à se reprocher, mais expliqué que les allégations de la cour de cassation "ont rendu impossible la poursuite du travail du gouvernement". Il a démenti toute intervention ou toute "action visant à entraver le cours normal de la justice".La cour d'appel de Bruxelles a suspendu deux volets majeurs de l'accord: la vente à l'Etat néerlandais des opérations de Fortis aux Pays-Bas et la vente à l'Etat belge de ses opérations en Belgique. La justice belge avait été saisie par des actionnaires, faisant valoir qu'ils n'avaient pas été consultés et que l'accord leur était défavorable.En première instance, la justice belge avait confirmé l'accord de démantèlement de Fortis, géant de la banque et de l'assurance au Benelux, accord qui prévoyait également le rachat par la banque française BNP Paribas d'une partie des actifs belges et luxembourgeois du bancassureur. Mais la cour d'appel de Bruxelles a ensuite infirmé ce jugement.L'annonce du roi Albert II ouvre la voie à de nouvelles discussions en vue de former une nouvelle coalition. Les partis de gouvernement souhaitent éviter des élections anticipées, arguant de la stabilité indispensable en ces temps de crise économique.Yves Leterme, du CD&V (chrétiens-démocrates flamands), avait formé en mars 2008 un cabinet composé de cinq partis issus des communautés wallonne et flamande. La formation de sa coalition à l'issue de laborieuses tractations avait mis un terme à une crise politique de plusieurs mois, marquée par le spectre d'une partition du pays entre néerlandophones et francophones.



Testament politique d'Yves Leterme (Le Soir / PDF)

source dessins : Kroll / Le Soir







La "nouvelle histoire belge" dans la hotte du père noël?



source La Libre


Aucun commentaire: